GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Municipales au Portugal: le parti au pouvoir reconnaît sa défaite

    media Le Premier ministre portuguais Pedro Passos Coelho a reconnu la défaite de son parti, le PSD, aux municipales.. REUTERS/Tobias Schwarz

    Les élections municipales du 29 septembre voient un net recul des partis de la coalition gouvernementale de centre-droit. Le parti du Premier ministre, Pedro Passos Coelho, a été sanctionné dans les urnes pour sa politique d'austérité, à laquelle les Portugais sont de plus en plus hostiles. Il perd ainsi trois grandes villes dont Porto et se fait distancer à Lisbonne, où le maire socialiste sortant a été réélu. Le Premier ministre a reconnu sa défaite.

     

    Avec notre correspondante à Lisbonne, Marie-Line Darcy

    On attendait un test. C’est un véritable revers que le parti social démocrate au pouvoir vient de subir à l’issue des municipales de dimanche. Les socialistes ont largement gagné en voix et en nombre de municipalités, alors que le parti communiste sort son épingle du jeu et reconquiert le sud rural.

    La victoire triomphale du socialiste Antonio Costa à Lisbonne, pour son troisième mandat et celle inattendue d’un indépendant à Porto, renforcent l’idée du changement souhaité par les Portugais. Le très impopulaire Premier ministre Pedro Passos Coelho devra faire une analyse nationale d’un scrutin local qui lui est particulièrement défavorable.

    Mais le chef du gouvernement n’a pas l’intention de démissionner. Il s’est engagé à poursuivre la politique d’austérité menée sous le contrôle de la troïka de l’aide internationale, qui a octroyé un prêt de 78 milliards d’euros au pays. Malgré une grave crise politique en juillet, malgré les désaveux successifs de la Cour constitutionnelle contre ces mesures impopulaires.

    Pourtant, chaque soubresaut politique entraîne une envolée des taux de la dette du pays, qui implique à son tour de nouvelles mesures d’austérité, sur fond de rumeurs persistantes d’un nouveau plan de sauvetage. Un plan pour l’instant démenti.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.