GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Mai
Vendredi 18 Mai
Samedi 19 Mai
Dimanche 20 Mai
Aujourd'hui
Mardi 22 Mai
Mercredi 23 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Italie : la loi Bossi-Fini dénoncée après le drame de Lampedusa

    media La ministre italienne de l'Intégration, Cécile Kyenge (g) et le président du Conseil italien, Enrico Letta (d), à Rome, le 19 juillet 2013. « Quelqu’un qui fuit une guerre, un conflit, ne peut être qualifié de clandestin...», a dit la ministre. REUTERS/Remo Casilli

    La loi italienne sur l’immigration, adoptée en 2002, est particulièrement répressive. Ses auteurs sont Umberto Bossi, ancien chef de la Ligue du Nord, un parti doté d'une composante xénophobe et Gianfranco Fini, fondateur du parti post-fasciste Alliance nationale, qui a fusionné en 2009 avec le Peuple de la Liberté de Silvio Berlusconi. D’où son nom Bossi-Fini et son extrême rigidité. Le drame de Lampedusa a amplement démontré les effets délétères de ce texte législatif. Le gouvernement de coalition gauche-droite dirigé par Enrico Letta doit donc se réunir en début de semaine pour discuter des modifications réclamées par la gauche, le centre, l’Eglise ou encore les associations qui viennent en aide aux migrants.

    Avec notre correspondante à Rome, Anne Le Nir

    C’est la loi connue sous le nom de Bossi-Fini qui a instauré en Italie le délit d’immigration clandestine. Raison pour laquelle le tribunal d’Agrigente, en Sicile, a été obligé d’ouvrir une enquête pour délit d’immigration clandestine à l’encontre des rescapés de la tragédie de Lampedusa, à l’exception des mineurs. Et si des bateaux de pêche n’ont pas porté secours aux migrants en détresse, c’est par peur d’être suspectés de concours aux clandestins, deux exemples des effets délétères de cette loi. Le centre-gauche demande donc que le gouvernement la modifie.

    Désaccords

    « Quelqu’un qui fuit une guerre, un conflit, ne peut être qualifié de clandestin. Il doit être protégé », a d’ailleurs souligné avec fermeté la ministre de l’Intégration, Cécile Kyenge. Mais les ministres de droite ne sont pas d’accord. Ainsi Angelino Alfano, vice-président du Conseil, estime que ce n’est pas en changeant la loi Bossi-Fini que l’on résoudra la situation. La discussion, au sein du gouvernement gauche-droite, qui sera entamée ces prochains jours, s’annonce donc malheureusement loin d'être sereine.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.