GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Aujourd'hui
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Le président d'Azerbaïdjan réélu à une écrasante majorité

    media Le président Ilham Aliev glisse son bulletin dans l'urne, le 9 octobre 2013 à Bakou. REUTERS/Stringer

    Le président Ilham Aliev, qui aura 52 ans en décembre, aurait été réélu avec près de 85% des voix selon des sondages à la sortie des urnes. Mais le vote de ce mercredi, auquel aurait participé 72% des 4,9 millions d’électeurs, suscite beaucoup de questions du fait de l’environnement politique autoritaire de cette ex-république soviétique riche en pétrole. Ilham Aliev, qui a succédé à son père Gaydar en 2003, va donc entamer un troisième mandat, après avoir fait changer la Constitution en 2009 afin de retirer toute limite au nombre de mandats que le chef de l’Etat peut enchaîner.

    Avec notre envoyé spécial à Bakou, Régis Genté

    L’opposition a dénoncé, dès ce mercredi soir, des fraudes massives. Elle « ne reconnaît pas les résultats de cette élection qui n'a été ni libre ni juste », a déclaré l'état-major de Camil Hassanli, le seul réel candidat d’opposition, qui n’aurait récolté que 5% des suffrages.

    Le vote s’est déroulé calmement, mais beaucoup d’observateurs ont été frappés par l’organisation générale du scrutin, qui semble totalement contrôlée par le pouvoir. Nous-mêmes n’avons quasiment visité que des bureaux de vote « tenus » par des fonctionnaires - surtout du personnel scolaire.

    Au moment du dépouillement, les observateurs ne pouvaient pas s’approcher de la table où se faisaient les opérations. Et la commission n’énonçait pas ce qu’elle lisait sur les bulletins dépouillés, pas plus qu’elle ne les montrait.

    Certes, Ilham Aliev semble jouir d’un réel soutien. Mais l’environnement politique n’est absolument pas compétitif, tant l’opposition fait l’objet de pressions. Un environnement fait de patronage et de clientélisme.

    Le Président Aliev n’a pas remercié le peuple azerbaïdjanais au soir de l’élection, ni félicité ses adversaires, tandis qu’il n’a pas fait campagne ni participé aux débats télévisés, comme les neuf autres candidats.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.