GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Mai
Dimanche 21 Mai
Lundi 22 Mai
Mardi 23 Mai
Aujourd'hui
Jeudi 25 Mai
Vendredi 26 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Philippines: la loi martiale pourrait être étendue à d'autres zones du pays (Duterte)
    • Attaques jihadistes: Emmanuel Macron veut une nouvelle loi pour renforcer «la sécurité face à la menace terroriste»
    • Etat d'urgence en France: l'Elysée va demander au Parlement sa prolongation jusqu'au 1er novembre 2017
    • Attentat à Manchester: le suspect est «sans doute» passé par la Syrie (ministère français de l'Intérieur)
    • Taïwan: la justice rend une décision historique en faveur du mariage homosexuel
    • Manchester: l'auteur de l'attentat «connu» des services de sécurité (ministre britannique)
    • Philippines: un prêtre catholique a été pris en otage par des hommes armés dans le sud du pays (Eglise)
    • Castaner: «Nous souhaitons» d'autres personnalités de droite au gouvernement français après les législatives de juin
    • Economie: la Chine estime «inopportune» la baisse de sa note par Moody's (ministère)
    • Les dépouilles de quatre alpinistes découvertes dans une tente sur l'Everest (Seven Summits Trek)
    • Vatican: Donald Trump rencontre le pape François
    Europe

    Italie: une mission militaire humanitaire pour surveiller la Méditerranée

    media

    Malgré les centaines de morts de Lampedusa, l'Italie ne parvient pas à parler d'une seule voix. Ministres et parlementaires restent très divisés, notamment sur la modification -voire l'abolition- de la loi Bossi- Fini sur l'immigration. Cependant, le président du Conseil, Enrico Letta, a annoncé ce samedi 12 octobre la prochaine mise en place d'une mission  militaire humanitaire aérienne et navale, pour que la Méditerranée cesse d'être un cimetière.
     

    Avec notre correspondante à Rome, Anne Le Nir

    À Lampedusa, des dizaines de nouveaux cercueils vont remplacer ceux des victimes du naufrage du 3 octobre qu’un navire de la marine militaire italienne a commencé à ramener sur la terre ferme. Une nouvelle souffrance pour toute l’île.

    Mais cela n’a pas empêché la Ligue du Nord d’organiser à Turin une manifestation pour défendre la loi répressive sur l’immigration et critiquer le gouvernement « qui a debloqué des fonds pour les migrants au lieu de les donner aux chomeurs italiens » .

    De son côté, le ministre de l’Intérieur et vice-président du Conseil, Angelino Alfano, dauphin de Silvio Berlusconi, a répété que, de son point de vue, « modifier la loi sur l’immigration ne permettrait pas de sauver des vies, ce qu’il faut, c'est combattre le trafic d’êtres humains (...) si les pays de l’Afrique du nord veulent recevoir des aides économiques de l’Europe, ils doivent nous aider à bloquer les marchands de morts ».

    Mais le chef du gouvernement, Enrico Letta, lui, estime qu’il faut « abolir cette loi ». Il a annoncé la constitution d’une « mission militaire humanitaire entièrement italienne pour surveiller la Méditerranée qui ne doit plus être plus la tombe de tant de migrants » .

    Enrico Letta a par ailleurs rappelé que la question de l’immigration « sera à l’ordre du jour du prochain Conseil européen grâce à la demande explicite de la France et de l’Italie ».


    Au moins 33 morts dans le naufrage de vendredi

    Selon les autorités maltaises, le bilan du naufrage intervenu vendredi entre la Libye, Malte et l'ile de Lampedusa, le bilan officiel était samedi soir de 33 corps récupérés, en majorité des femmes et des enfants, mais il pourrait encore évoluer, le Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR), citant des migrants, ayant précisé que « le bateau serait parti de Zwara (Lybie), avec à son bord entre 300 et 400 personnes, pour la plupart de nationalité syrienne et palestinienne ».

    Dans l'après-midi, un porte-parole du ministère maltais de l'Intérieur a admis qu'étant donné qu'il était désormais « peu probable de retrouver quelqu'un de vivant », les opérations de secours se concentraient sur la recherche des corps, qui se poursuivaient encore samedi soir à la lumière des phares.

    Les secours sont parvenus toutefois à sauver près de 200 personnes. Parmi les 146 survivants interrogés par la police maltaise à leur arrivée, 117 ont indiqué être syriens, 27 qu'ils venaient de Palestine, un du Liban et un autre de Tunisie, a ajouté le porte-parole.
    RFI
     

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.