GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Novembre
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Russie : une Pussy Riot renonce à demander un aménagement de sa peine

    media Maria Aliokhina, 25 ans, l'une des deux militantes emprisonnées du groupe russe Pussy Riot. REUTERS/Roman Yarovitsyn

    A Moscou, Maria Aliokhina, une des deux militantes emprisonnées du groupe Pussy Riot, a renoncé ce vendredi 18 octobre à demander un aménagement de sa peine de deux ans d'emprisonnement. Une décision en signe de solidarité avec sa camarade qui a été réincarcérée après avoir été admise à l'hôpital pour une grève de la faim.

    Avec notre correspondante à Moscou, Muriel Pomponne

    C'est en effet ce vendredi matin qu'un tribunal de Nijni Novgorod devait examiner la demande de remise de peine de Maria Aliokhina, qui est emprisonnée dans la région de Perm. Comme sa camarade Nadejda Tolokonnikova, elle est condamnée à deux ans de prison pour avoir voulu chanter une prière punk contre Poutine dans la cathédrale du Christ-Sauveur, à Moscou. Elles doivent normalement sortir de prison toutes les deux en mars 2014.

    → A (RE) LIRE : Le groupe Pussy Riot reconnu coupable de hooliganisme et condamné à deux ans de camp

    Mais Maria Aliokhina a renoncé à sa demande en signe de solidarité avec sa camarade. Nadejda Tolokonnikova a en effet été ramenée ce vendredi matin à la colonie pénitencière N14 de Mordovie, après avoir été hospitalisée plusieurs semaines à la suite d'une grève de la faim.

    Nadejda Tolokonnikova, en avril 2013, lors d'une comparution devant la cour de Zubova Polyana en Mordovie. AFP/Maksim Blinov

    Nadejda Tolokonnikova avait cessé de s'alimenter fin septembre pour protester contre les conditions de vie dans cette prison, et avait publié une lettre ouverte dans laquelle elle estimait que les prisonnières, forcées de travailler seize à dix-sept heures par jour, étaient traitées comme des esclaves. Elle accusait également le directeur adjoint de la colonie de l'avoir menacée de mort.

    Après la publication de cette lettre, Nadejda Tolokonnikova avait été mise à l'isolement, puis transférée à l'hôpital. Aujourd’hui, alors que son avocat espérait son transfert dans un autre établissement, elle a donc été ramenée dans la même prison. Aussitôt, elle a repris sa grève de la faim. 

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.