GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    L’affaire de «l’Ange blond»: une fillette non-identifiée retrouvée en Grèce

    media Un poster de «l'Ange blond», le 21 octobre 2013 à Athènes. REUTERS/John Kolesidis

    En Grèce, une fillette non identifiée a été retrouvée le 16 octobre à l’occasion d’une perquisition de routine dans un camp rom du centre du pays. Baptisée « l’Ange blond » par les médias, la fillette serait âgée d’environ 5 ans. Le couple chez qui elle vivait a été inculpé pour enlèvement. Cette affaire vient rappeler qu’il existe un vaste trafic de mineurs dans la région, facilité par les failles du système grec. Athènes a demandé l’aide d’Interpol et annoncé des mesures destinées à palier les carences législatives.

    Maria vivait dans une maison en dur avec ses prétendus parents, un homme de 39 ans et une femme de 40 ans, dans un camp rom de Farsala. C’est la couleur de ses cheveux et de ses yeux qui a attiré l’attention sur l’enfant à l’occasion d’une perquisition de routine de la police. Des tests ADN ont confirmé qu’elle n’était pas l’enfant du couple. L’homme et la femme ont été placés en détention provisoire et inculpés pour enlèvement.

    La fillette aurait été contrainte de danser pour mendier. Les inculpés ont avancé différentes explications à la police. Ils affirment désormais que la mère, une jeune Bulgare, n’avait pas les moyens de l’élever et qu’elle leur avait donc confié l’enfant. Mais le couple est soupçonné de trafic : il a déclaré aux autorités grecques 14 enfants, dont six sur une période de dix mois.

    L’Etat grec mis en cause

    Lundi soir 21 octobre, le maire d’Athènes a limogé le directeur du registre des naissances où la fillette avait été enregistrée en 2009. Selon Georges Kaminis, le nombre des déclarations irrégulières a été multiplié par huit depuis 2011.

    C’est l’ensemble du système de l’Etat civil et des règles d’adoption de la Grèce qui est en cause. Les carences sont nombreuses. Il suffit pour enregistrer une naissance d’une déclaration sur l’honneur à la municipalité. Or les services municipaux ne sont pas connectés entre eux, ce qui rend la fraude encore plus aisée.

    Athènes a demandé l’aide d’Interpol pour identifier la petite Maria. L’organisation de coopération policière procède à des recherches à partir du profil ADN de la fillette. La publication de la photo de la fillette a provoqué des milliers d’appels de familles qui recherchent leurs enfants disparus partout dans le monde.

    Selon les chiffres de la Commission européenne, les disparitions de mineurs « très inquiétantes », c'est-à-dire qui ne sont liées ni à des fugues ni à des affaires de divorce, sont estimées entre 5 000 et 12 000 par an.

    Un réseau criminel bien organisé

    Cette affaire vient rappeler l’existence d’un trafic de mineurs en Europe même. D’après le président de l’Unicef en Grèce Lambors Kanellopoulos, cité par la BBC, 3 000 enfants transitent en ce moment par la Grèce entre les mains des réseaux de la criminalité organisée. Venus des pays des Balkans, principalement de Bulgarie et de Roumanie, ces enfants sont forcés au travail domestique, à la mendicité, à la prostitution ou vendus à des couples grecs.

    Cet exemple donné par la police grecque illustre le système : une jeune Bulgare vient accoucher à Thessalonique avec un trafiquant qui se fait passer pour un parent. Il la paye 3 000 euros, part avec le bébé et le revend à un couple grec pour 30 000 euros.

    Les failles législatives de la Grèce et la marginalisation de la communauté rom expliquent que le pays soit une plaque tournante du réseau selon les experts.

    Les Roms, une communauté marginalisée

    Dans la ville grecque de Farsala, la communauté rom soutient les inculpés. « Ils sont complètement innocents », a déclaré le chef de la communauté de la région de Larissa. « Ce sont des histoires à dormir debout », a-t-il ajouté, déplorant l’image que cette affaire donne des Roms.

    Ces derniers seraient entre 150 000 et 300 000 en Grèce, où ils vivent dans des zones de quasi non-droit. Les Roms sont la population la plus pauvre et la plus marginalisée en Europe. Cette affaire délicate, et le surnom donné à l'enfant par les médias en témoigne, ne doit pas faire oublier la stigmatisation et le racisme dont les Roms sont victimes, en Grèce comme au-delà des frontières.

    Le gouvernement grec a déclaré qu’il ferait de la situation des communautés roms une priorité de son agenda lorsqu’Athènes prendra la présidence de l’Union européenne en janvier 2014.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.