GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 18 Septembre
Mercredi 19 Septembre
Jeudi 20 Septembre
Vendredi 21 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 23 Septembre
Lundi 24 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Lampedusa : pas de mesure concrète sur l'immigration au sommet européen de Bruxelles

    media François Hollande et Angela Merkel au sommet européen de Bruxelles, le 25 octobre 2013. Reuters / Lenoir

    Le sommet des chefs d'Etat et de gouvernement européens s'est achevé ce vendredi 25 octobre à Bruxelles. Il aura été dominé par la controverse autour des écoutes de la NSA , l'agence de sécurité américaine. Résultat : les questions sensibles d'immigration et de surveillance des frontières, qui étaient également à l'ordre du jour trois semaines après le drame de Lampedusa, sont passées au second plan.

    Avec notre envoyé spécial à Bruxelles, Daniel Vallot

    L’Italie, la Grèce et Malte réclamaient des mesures immédiates et concrètes pour faire face à l’afflux des migrants clandestins. Ces trois pays vont devoir patienter jusqu’au mois de décembre. A l’issue de ce Conseil européen, largement dominé par l’affaire des écoutes de la NSA , il a été décidé de ne rien faire, dans l’immédiat en tout cas.

    Pour l’heure, ce sont des principes qui ont été mis sur la table : renforcement des moyens de surveillance via l’agence Frontex, lutte contre les filières d’immigration clandestine par le biais d’une coopération policière et judiciaire, enfin soutien aux pays d’origine et aux pays de transit comme la Libye.

    → A (RE)LIRE : L'espionnage américain au menu du sommet européen de Bruxelles

    Interrogé sur l’appel à l’aide à la solidarité lancé par les pays du Sud, François Hollande a rappelé que la France est, en Europe, après l’Allemagne, le pays qui répond au plus grand nombre de demandes d’asile.

    Premier principe d’action : agir sur les pays d’origine et de transit. Ce qui veut dire renforcer les capacités d’un certain nombre de voisins, de l’autre côté de la Méditerranée. Je pense notamment à la Libye. C’est devenu l’urgence.
    François Hollande Président de la République française 25/10/2013 Écouter

    A ses yeux, la France prend donc toute sa part du fardeau que représente aujourd’hui l’afflux des migrants venus d’Afrique ou du Moyen-Orient. Une réponse qui semble être en phase avec la grande majorité des dirigeants européens, peu désireux de remettre en cause leur politique migratoire à quelques mois des élections européennes.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.