GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 21 Avril
Lundi 22 Avril
Mardi 23 Avril
Mercredi 24 Avril
Aujourd'hui
Vendredi 26 Avril
Samedi 27 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    La Pussy Riot Nadejda Tolokonnikova transférée en Sibérie

    media Nadejda Tolokonnikova, le 17 août 2012. Reuters/Maxim Shemetov

    Nadejda Tolokonnikova, l'une des deux membres du groupe punk Pussy Riot actuellement en prison, est en cours de transfert dans un camp de travail en Sibérie, a annoncé son mari ce mardi 5 novembre. Un transfert en forme de punition pour une lettre publiée en septembre dans laquelle elle se disait menacée de mort et dénonçait ses conditions de détention.

    Aucune pitié pour Nadejda Tolokonnikova. Bien au contraire. Les autorités russes sont en train de transférer la jeune Pussy Riot vers un camp de travail en Sibérie. C'est son mari qui l'a annoncé. Après plus de deux semaines sans nouvelles, il a appris que Nadejda Tolokonnikova se trouvait dans la région de Krasnoïarsk, en Sibérie orientale, à plus de 4 000 km de Moscou.

    Le transfert a été décidé quand la jeune femme a repris sa grève de la faim, entamée fin septembre pour protester contre ses conditions de détention dans la colonie pénitentiaire de Mordovie, située à 600 km de Moscou. Nadejda Tolokonnikova, qui est mère d'une fillette de cinq ans, purgeait là-bas une peine de deux ans, infligée pour une « prière punk » contre Vladimir Poutine, qu'elle avait chantée avec les deux autres Pussy Riots dans une cathédrale de Moscou, début 2012.

    Au mois de septembre de cette année, Tolokonnikova a adressé une plainte à la justice, accusant le directeur adjoint de la colonie pénitentiaire de Mordovie  de l'avoir menacée de mort. Dans une lettre rendue publique par son mari, elle dénonçait également le manque d'hygiène, la nourriture infecte et le froid dans les cellules. Aujourd'hui, elle a été envoyée en Sibérie

    (RE)LIRE notre dossier : Pussy Riot : la contestation punk bouscule le Kremlin

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.