GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Aujourd'hui
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Irak: un engin explosif fait au moins un mort près d'un rassemblement de contestataires à Bagdad (autorités)
    • Éliminatoires CAN 2021: la Mauritanie tient tête au Maroc, 0-0; la Tunisie écrase la Libye, 4-1
    • CAN U23: Égypte-Afrique du Sud et Côte d’Ivoire-Ghana en demi-finales
    • France: l'Assemblée fait marche arrière sur l'huile de palme en maintenant son exclusion des biocarburants
    Europe

    Le pape François et Vladimir Poutine parlent de la Syrie et de la situation des chrétiens d’Orient

    media Le pape François (à doite) a reçu le président russe Vladimir Poutine en audience privée, au Vatican, ce 25 novembre 2013. REUTERS/Claudio Peri/Pool

    Le président russe a été reçu lundi 25 novembre en audience au Vatican par le pape François. Ce n'est pas la première fois que Vladimir Poutine est reçu par le pape. Il avait rencontré deux fois Jean Paul II et une fois Benoît XVI. Les relations entre le Kremlin et Benoît XVI étaient plutôt bonnes, et le rapprochement entre Moscou et Rome semble se poursuivre avec notamment des points de vue assez proches sur le dossier de la Syrie.

    Le Vatican et le Kremlin se retrouvent sur la nécessité d'une solution pacifique de la crise en Syrie, et sur le besoin de protéger les chrétiens d'Orient. Rappelons que le 5 septembre dernier, le pape François a écrit à Vladimir Poutine, en tant que président du G20, pour qu'il travaille à une issue pacifique au conflit syrien. Le Kremlin s'était alors félicité que le nouveau pape ait fait campagne contre une solution militaire. Le succès de la diplomatie russe sur ce dossier a contribué a rapprocher un peu plus Moscou et le Vatican. Et puis le pape François n'est pas un Européen. Pour le Kremlin, c'est peut-être la promesse d'une relation plus détendue.

    → A (RE) LIRE : Syrie: les Eglises chrétiennes redoutent une intervention étrangère

    D'autre part, historiquement, les chrétiens d'Orient ont longtemps été protégés par la Russie orthodoxe des tsars. Après la création de l'Union soviétique et l'affaiblissement de l'Eglise orthodoxe russe, cette mission de protection des chrétiens d'Orient a été dévolue à Rome et aux pays catholiques d'Europe occidentale. Mais la sécularisation de l'Occident a affaibli son rôle dans cette région du monde, au moment même où l'Eglise orthodoxe russe connaît un regain de vitalité, et où Vladimir Poutine s'appuie sur l'Eglise pour renforcer son influence. L'Eglise orthodoxe russe, avec l'appui du Kremlin, entend donc bien retrouver un rôle important au Moyen-Orient.

    Les deux Eglises se rapprochent...

    Donc, même si le Kremlin dit qu'il ne parle pas au nom de l'Eglise orthodoxe de Russie, cette visite s'inscrit quand même dans la cadre du dialogue entre l'Eglise orthodoxe et catholique.

    D'ailleurs, ce n'est sans doute pas un hasard s’il y a eu un échange au plus haut niveau récemment, exactement le 12 novembre. Le métropolite Hilarion, qui est numéro 2 du patriarcat de Moscou, était reçu par le pape, tandis que le cardinal Angelo Scola , archevêque de Milan, était accueilli à Moscou par le patriarche orthodoxe Kirill.
    Dans une interview au quotidien Le Figaro, le métropolite explique que les orthodoxes ont apprécié les prises de position du pape François jusqu'à maintenant. Les deux Eglises se retrouvent notamment sur la défense des valeurs chrétiennes traditionnelles.

    ... mais une visite du pape en Russie est exclue

    Il y a encore au moins un gros obstacle à surmonter pour espérer une visite du pape en Russie : c'est le conflit non résolu entre orthodoxes russes et catholiques grecs d'Ukraine, ceux que l'on appelle les « Uniates ». Leurs rites sont proches des orthodoxes, mais avec une théologie catholique. Longtemps, ils ont été rattachés au patriarcat de Moscou. Mais à la fin des années 1980, la plupart des cathédrales qui appartenaient au patriarcat de Moscou, lui ont été retirées. Et l'ancien pape Jean Paul II n'est pour rien dans cette résurrection de l'Eglise uniate. Le siège de cette Eglise est maintenant à Kiev, ce qui agace au plus haut point Moscou, d'autant que les Russes considèrent l'Ukraine comme le berceau de l'orthodoxie.

    Pour le clergé orthodoxe, tant que ce conflit n'est pas réglé, une visite du pape est exclue. Pour une majorité de la population russe en revanche, d'après un récent sondage d'un centre de recherche indépendant, une rencontre entre le pape et le patriarche orthodoxe serait plutôt une bonne chose.

    En fait, pour les catholiques une telle rencontre pourrait être un point de départ à la résolution des différends entre les deux Eglises chrétiennes, tandis que pour les orthodoxes, il s’agirait d'un point d'achèvement, d'un couronnement, après l'aplanissement des désaccords.

    Dans ces conditions, l'idée est évoquée, surtout du côté du Vatican, d'une rencontre entre le patriarche Kirill et le pape François, dans un pays tiers. Mais on en est encore loin.

    → A (RE) ECOUTER : Bonjour l'Europe : Russie : nouvelle loi sanctionnant le sentiment antireligieux 

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.