GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Allemagne: les principales dispositions économiques de l’accord SPD-CDU

    media Le contrat de coalition a été signé entre la SPD et la CDU après un mois de négociations. REUTERS/Tobias Schwarz

    Le SPD et la CDU main dans la main en Allemagne. Sociaux démocrates et conservateurs ont fini par trouver un accord mardi 26 novembre après un mois de négociations. Un programme de compromis qui ouvre la voie à une coalition gouvernementale. Le point sur les principales mesures économiques de ce contrat de coalition.

    La mesure phare arrachée par les sociaux-démocrates concerne le salaire minium qui va profiter à six millions de salariés allemands, soit près d'un actif sur cinq. Cette mesure, qui fixe le smic à 8,50 euros de l'heure, sera progressivement appliquée à tous les secteurs d’ici 2017.

    Le SPD a également obtenu un aménagement de la réforme des retraites. Les salariés ayant cotisé 45 annuités, pourront partir à la retraite dès 63 ans, alors que la règle actuelle prévoit un passage graduel de l'âge d'entrée en retraite à 67 ans.

    → A (RE)LIRE : Allemagne: un accord de gouvernement CDU-SPD à l'arraché

    En revanche, sur le plan de la fiscalité, les sociaux démocrates n’ont pas réussi à obtenir une taxation plus importante pour les plus riches. Les impôts ne devaient pas être augmentés en 2015. Les deux formations s'engagent également à ne pas contracter de nouvelles dettes a partir de 2015.

    Sur le plan européen, les deux partis sont d’accord pour s’opposer à toute mutualisation de la dette des pays de la zone euro. La mise en place d'euro-obligations est donc abandonnée. Ils réaffirment également leur attachement au principe qui veut que chaque pays de la zone euro soit responsable de ses actes et de ses finances.

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.