GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • La Chine dit être la seule à pouvoir statuer sur la Constitution de Hong Kong (porte-parole du Parlement)
    • Mali: 24 soldats maliens et 17 jihadistes tués dans des combats
    • Éliminatoires CAN 2021: l’Algérie évite le piège botswanais et s’impose à Gaborone, 1-0
    • Colonies israéliennes: l'Autorité palestinienne dénonce la position de Washington
    Europe

    Le gouvernement portugais renforce l'austérité, malgré la contestation populaire

    media Mardi 26 novembre, des manifestants s'opposent à la politique d'austérité au sein même du ministère des Finances. REUTERS/Rafael Marchante

    Au Portugal, un nouveau budget d'austérité, le troisième de suite, vient d’être adopté : quatre milliards d’économies à faire si le pays veut respecter son engagement face aux bailleurs de fond internationaux qui lui ont prêté 78 milliards d’euros. Les fonctionnaires publics vont être les premiers à faire les frais de ce nouveau tour de vis.

    Les fonctionnaires vont perdre entre 2,5 et 12 % de leurs revenus selon les échelons. La ponction va s’appliquer à partir de 675 euros mensuels. C’était jusqu’à maintenant à partir de 1500 euros mensuels. C’est donc un sérieux changement d’échelle, qui fragilise les petits fonctionnaires.

    Il faut savoir que les salaires et les progressions hiérarchiques sont bloquées depuis des années et que les fonctionnaires sont aussi soumis au régime de la ponction fiscale exceptionnelle qui concerne l’ensemble de la population portugaise et dont on vient d’apprendre qu’elle est reconduite l’an prochain. A cela s’ajoutent les restructurations de services, les non-renouvellements de contrats, les départs à la retraite non remplacés. Enfin, coup dur supplémentaire, la Cour constitutionnelle a reconnu légal le passage de 35 à 40 heures hebdomadaires de travail dans la fonction publique.

    En finir avec le programme d’assistance économique international

    Le Premier ministre Pedro Passos Coelho afirme pouvoir commencer à se passer du programme d'assistance économique international d'ici juin 2014, comme prévu à l'origine. Pour cela, il faut tenir et continuer les sacrifices. Il n'est pas question de ne pas tenir ses engagements auprès des créanciers, du Fonds monétaire international et de l’Union européenne.

    Il en va de la «crédibilité» du pays disent les gouvernants, dans une version contemporaine de la dette d’honneur. Le gouvernement table sur un déficit à 4% du PIB l’an prochain, une dette souveraine à 126% du PIB et un chômage à 17,7%. Mais c’est dans l’ensemble beaucoup plus optimiste que ce que prévoient l’OCDE, l’Union européenne et le Fonds monétaire international.

    Le gouvernement met en avant la sortie technique de la récession observée ces derniers mois. Il valorise l’amélioration des exportations et une balance commerciale un peu plus favorable. Mais il faut se rendre à l’évidence, pour le Portugal, on ne peut parler que de frémissements. Rien qui laisse entrevoir une vraie inversion de tendances.

    Protestations

    Les syndicats affiliés à la CGTP ont organisé une Journée de l’indignation ce mardi 26 novembre, jour du vote du budget de rigueur avec manifestation devant l’assemblée et même occupations de quatre ministères, dont celui des Finances.

    → A (RE)ECOUTER : « On traite les Portugais comme des souris de laboratoire »

    Les secteurs menacés de restructuration, comme par exemple les transports, se sont également mobilisés. Des professionnels privés, également, come les chauffeurs de taxis ou les employés de centres d'appels téléphoniques. Des catégories professionnelles qui se disent asphyxiées par la crise.

    La semaine dernière une manifestation de policiers s’est soldée par l’occupation du haut des escaliers qui mènent à l’extérieur de l’assemblée. Une occupation symbolique, grâce à la complicité des policiers postés dans les cordons de sécurité. Le malaise est réel au sein des forces de sécurité et dans la justice. Pour l’instant le gouvernement a opté pour une seule ligne de conduite : passer outre.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.