GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 25 Juillet
Vendredi 26 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Les Européens parviennent à un accord sur l’union bancaire

    media Le ministre français de l'Economie, Pierre Moscovici et le Commissaire européen Michel Barnier, le 18 décembre 2013 à Bruxelles. REUTERS/Francois Lenoir

    Les ministres des Finances européens sont parvenus, mercredi 18 décembre, dans la soirée, à un accord important sur l'union bancaire, un projet complexe destiné à éviter une nouvelle crise de la zone euro. L'accord permettra la création d'un mécanisme unique de résolution (MRU), chargé d’encadrer la faillite éventuelle des banques de la zone euro. Il s'agit ici de la clé de voûte d'un ensemble de moyens qui permettra - peut-être - aux pays ayant en commun l'euro d'éviter de nouvelles crises.

    Avec notre bureau de Bruxelles,

    Le mécanisme de résolution sera chargé de décider si une banque en difficulté doit être sauvée ou si elle doit aller à la faillite. C’est, pour beaucoup, la clé de voûte d’un arsenal législatif européen construit depuis l’éclatement de la crise afin d’éviter que les faillites, de type Dexia ou Fortis, conduisent de la crise bancaire à la crise de la dette.

    « L’objectif de toutes les lois que j’ai présentées depuis maintenant quatre ans, indique Michel Barnier, commissaire européen chargé des Services financiers, - j’en ai présentées 28 - c’est précisément pour qu’il n’y ait plus de faillite, que les banques soient bien supervisées, que les banquiers ne se payent pas des bonus insensés en prenant tous les risques pour que les contribuables payent les risques au bout de la route. »

    Epargner le contribuable

    Et pour s’assurer que les banques payent pour elles-mêmes, elles devront constituer leur propre fonds de secours. « C’est celui qui est responsable de la faillite qui doit payer, pointe Pierre Moscovici, ministre français des Finances. Autrement dit, c’est le système bancaire lui-même, d’où la création d'un fonds de résolution qui épargne le contribuable, qui protège le contribuable et le déposant en banque. C’est un grand projet politique qui vient compléter l’Union monétaire. Désormais l’Union monétaire pourra s’exercer de manière complète. »

    D’ici dix ans, ce fonds de secours des banques devra atteindre 55 milliards d’euros.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.