GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Novembre
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Russie: les deux Pussy Riot ont été libérées à quelques heures d'intervalle

    media Nadejda Tolokonnikova (g.) et Maria Alekhina (dr.), à leur sortie de prison, ce 23 décembre 2013. REUTERS/Ilya Naymushin (L)/Sergei Karpukhin (R)

    Deux libérations à quelques heures d’intervalle. Ce lundi 23 décembre, Maria Alekhina et Nadejda Tolokonnikova, les deux dernières Pussy Riot encore emprisonnées, ont retrouvé la liberté. Des libérations qui interviennent une semaine après le vote par les députés russes d’une loi d’amnistie dont elles pouvaient bénéficier, et quelques jours seulement après la grâce surprise de l’ancien magnat Mikhaïl Khodorkovski.

    « Maria Alekhina a retrouvé la liberté, a déclaré Pyotr Zaikin, l’avocat de la Pussy Riot à l’agence de presse russe RIA Novosti. Tous les documents ont été remplis et signés ». Sa mère a également confirmé cette information à la correspondante de RFI à Moscou. Maria Alekhina a ainsi quitté la colonie pénitentiaire n°2 de Nijni-Novgorod ce lundi pour retrouver sa famille.

    Maria Alekhina 23/12/2013 - par RFI Écouter

    Elle était l’un des deux membres des Pussy Riot encore en prison, après la libération d’Ekaterina Samoutsevitch, en octobre 2012. Elle purgeait une peine de deux ans de prison, en compagnie de Nadejda Tolokonnikova, 24 ans, pour avoir chanté une prière punk dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou, jusqu’à ce que les députés russes votent, la semaine dernière, une loi d’amnistie, dont les deux Pussy Riot pouvaient bénéficier.

    Nadejda Tolokonnikova, justement, a été libérée quelques heures après ce lundi. Elle a quitté en fin de journée l'hôpital pénitentiaire de Krasnoïarsk, en Sibérie orientale, où elle purgeait sa peine et a été accueillie notamment par son mari Piotr Verzilov. Ce dernier racontait, peu avant à RFI, ne pas douter de la libération prochaine de sa femme.

     → A (RE)LIRE : Une loi d'amnistie votée en Russie pourrait profiter aux membres de Greenpeace et des Pussy Riot

    La brune Nadejda Tolokonnikova, 24 ans, est la personnalité la plus médiatique du groupe. C'est celle qui, lors de son procès avait porté un T-shirt bleu, marqué du slogan antifasciste « No Pasaran ». Son mari, ancien membre du groupe d'artistes contestataires Voina a été omniprésent sur la scène publique et dans les médias durant ces presque deux années d'incarcération, il est même venu récemment à Kiev, soutenir les manifestants pro-européens.

    La Russie est construite sur le modèle d'une colonie pénitentiaire...
    Nadejda Tolokonnikova

    Cet automne 2013, Nadejda Tolokonnikova avait entamé une grève de la faim pour protester contre ses conditions d'incarcération qu'elle avait décrite dans une lettre ouverte. Elle y disait qu'elle ne resterait pas silencieuse, à « regarder ses camarades prisonnières s'effondrer à cause de la fatigue engendrée par des conditions proches de l'esclavage ». La jeune femme, toujours très combative, avait affirmé que son procès avait été « la vengeance de Poutine ».

    Toujours combatives

    Les deux jeunes femmes se sont montrées plus que jamais combatives à leur sortie ce lundi. Dès sa libération, Maria Alekhina a décoché ses premières flèches contre Vladimir Poutine. Elle refuse farouchement de laisser le président russe tirer profit de ces libérations fort opportunes il faut le dire, à moins de deux mois des Jeux olympiques de Sotchi.

    Nadejda Tolokonnikova affirme qu'elle continuera à agir 23/12/2013 - par Madeleine Leroyer Écouter

    « La Russie est construite sur le modèle d'une colonie pénitentiaire et c'est la raison pour laquelle il est si important de changer les colonies pour changer la Russie de l'intérieur », a déclaré, pour sa part Nadejda Tolokonnikova.

    Un réflexe militant partagé d’ailleurs avec Mikhaïl Khodorkovski, l’ancien magnat du pétrole, qui refuse d’être le symbole de la fin des prisonniers politiques. Pour Khodorkovski, comme pour les Pussy Riot, le message est le même : il ne faut pas que ces libérations « VIP » escamotent le sort des autres prisonniers moins médiatiques.

    Comment cette affaire a-t-elle débuté ?

    Il y a donc eu la performance musicale de ces jeunes femmes encagoulées dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou en février 2012. A cette époque, le groupe était quasiment inconnu : il avait bien fait quelques mini-concerts sauvages à Moscou au moment des grandes manifestations de l'opposition de l'hiver 2011-2012.

    L'arrestation de trois des membres du groupe ( l'une d'elles avait vu sa peine transformée en sursis) est intervenue début mars 2012, juste avant l'élection présidentielle, remportée par Vladimir Poutine. Cela avait été interprété comme le signe d'une reprise en main du pouvoir, après les quatre ans de présidence Medvedev.

    Leur procès, à l'été 2012, avait pris des allures ubuesques avec un acte d'accusation qui comportait des mots tels que « sacrilège » ou « blasphème », et avait donné l'occasion à la frange la plus conservatrice de la société russe de s'exprimer. Aujourd'hui, cette page semble donc se tourner avec cette loi d'amnistie, le régime Poutine ayant sans doute besoin d'améliorer son image à l'approche des Jeux olympiques.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.