GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 18 Avril
Vendredi 19 Avril
Samedi 20 Avril
Dimanche 21 Avril
Aujourd'hui
Mardi 23 Avril
Mercredi 24 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Ukraine: l'agression d'une journaliste à Kiev soulève l'indignation

    media Un manifestant tend le portrait de Tetiana Chornovil, quelques heures après l'agression de la journaliste, le 25 décembre 2013. REUTERS/Stringer

    L’attaque sauvage dont a été victime une journaliste d’investigation a provoqué une vive émotion en Ukraine. Tetiana Tchornovil a été violemment battue par deux inconnus la nuit dernière. La jeune femme, très impliquée dans le mouvement actuel de contestation, avait écrit des articles très critiques sur le président Ianoukovitch et ses proches alliés.

    Avec notre envoyée spéciale à Kiev,Anastasia Becchio

    Les manifestants de la place de l’Indépendance et l’opposition accusent les autorités d'être derrière cette agression. Ils se sont réunis devant le ministère de l'Intérieur. « Non à la dictature », scande une colonne de manifestants qui porte des photos de la journaliste défigurée, qui travaille pour Ukraïnska Pravda.

    « Regarde, ces brutes, ce qu’ils ont fait à cette belle jeune femme », lance une grand-mère à son petit-fils au passage du cortège. « C'est révoltant ! Ça fait peur de vivre dans un tel pays ! On a des bandits au pouvoir. »

    « Quelqu'un de très professionnel, d'intrépide, de volontaire »

    Taras a fait ses études de journalisme avec Tetiana Tchornovil. « On est très fiers d'elle. C'est quelqu'un de très professionnel, d'intrépide, de volontaire, explique-t-elle. Elle menait de nombreuses enquêtes sur les irrégularités des appels d'offres. Elle gênait beaucoup de monde. Ça n'est pas un hasard. »

    Avant son agression, la journaliste avait passé la journée à prendre en photo des maisons appartenant au ministre de l'Intérieur, que l'opposition accuse d'être responsable de la dispersion violente d'une manifestation.

    « Si le président avait tout de suite démis le ministre de l'Intérieur après les violences du 30 novembre, le sang n'aurait pas coulé une nouvelle fois, estime le chef du parti nationaliste Svoboda, Oleg Tiagnibok. En agissant ainsi, le président Ianoukovitch donne quasiment sa bénédiction à ces éléments criminels qui frappent et mutilent en toute impunité des manifestants pacifiques. »

    Le président a « condamné les violences » contre la journaliste tout en chargeant le ministre de l'Intérieur et le procureur général d'enquêter sur cette affaire.


    Un militant pro-européen poignardé

    Un autre militant pro-européen a été poignardé mardi soir dans l’est du pays, à Kharkiv, par deux inconnus, selon les médias et la police. Il a été légèrement blessé aux hanches et aux poignets. Le ministère de l'Intérieur et les autorités de Kharkiv ont d'ores et déjà dénoncé des « provocations » visant à les discréditer.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.