GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 29 Juillet
Samedi 30 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Turquie: la contestation gagne la rue après de nouvelles suspicions de corruption

    media Des manifestants dans la principale rue d'Istiqlal, en Turquie, se sont affrontés avec la police, ce 27 décembre 2013. REUTERS/Murad Sezer

    De nombreuses manifestations ont eu lieu ce vendredi 27 décembre 2013, pour réclamer la démission du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, dont l'entourage direct est empêtré dans un scandale politico-financier. Son fils même, Bilal Erdogan, président d'une fondation, pourrait être entendu par la justice. Sur le plan politique, l'AKP, le parti du Premier ministre au pouvoir depuis 2002, commence aussi à se fissurer puisque trois députés ont démissionné pour dénoncer l'attitude arrogante de leur parti.

    Avec notre correspondant à Istanbul, Jérôme Bastion,

    « Gouvernement, démission ! » Au troisième jour de ces manifestations anti-gouvernementales, la mobilisation semble s’étendre dans le pays.

    Ce vendredi, une quinzaine de villes grandes et moyennes ont accueilli des rassemblements, unis derrière le même slogan. Semra, publicitaire de 42 ans, s’exprime derrière un foulard : « Toutes ces affaires de corruption, c’est de l’argent qui sort de nos poches ! Cela fait 10 ans qu’ils font ce qu’ils veulent, alors maintenant, c’est certain, on veut que Tayyip Erdogan et son équipe s’en aillent ! »

    Place Taksim

    A Istanbul, l’objectif des manifestants était une nouvelle fois la place de Taksim, mais elle avait été très tôt bouclée par les forces anti-émeutes. Comme lors des manifestations du mois de juin dans les rues adjacentes.

    Ces protestataires refusent en tout cas de prendre parti dans la querelle fictive ou avérée entre les deux grands courants de l’Islam turc. Engin, barman de 33 ans, estime que « la communauté Gülen et le parti AK au pouvoir se déchirent à coup d’accusations de corruption. Mais nous, on ne fait aucune différence entre eux, on est contre Fethullah Gülen autant que contre l’AKP. »

    Six mois après Gezi, le peuple turc est de nouveau massivement dans la rue. C’est un avertissement sérieux, à trois mois des prochaines élections.


    Que va faire Erdogan ?

    Recep Tayyip Erdogan semble ne pas savoir comment réagir face à cette crise, selon Ahmet Insel, professeur à l'université Galatasaray d'Istanbul. Ci-dessous, son témoignage en audio.

    Le pouvoir ne manifeste pas les signes d'un comportement rationnel. Le coup est très dur pour lui, il ne s'attendait pas à ça. Et là, seulement, Tayyip Erdogan est en train de réagir comme un boxeur sous le choc de coups très durs.
    Ahmet Insel Professeur à l'université Galatasaray d'Istanbul Cyrielle Bédu 27/12/2013 Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.