GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
Aujourd'hui
Lundi 26 Août
Mardi 27 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Turquie: deux ministres d'Erdogan tendent la main à Fethullah Gülen pour désamorcer la crise

    media Un partisan de Recep Tayyip Erdogan, à l'aéroport d'Istanbul, le 27 décembre. REUTERS/Osman Orsal

    Deux poids lourds du gouvernement Erdogan tentent de désamorcer la crise ouverte par les soupçons de corruption pesant sur plusieurs fils de ministres, dont celui du Premier ministre turc. Après une semaine marquée par la démission de trois ministres, un remaniement et la reprise des manifestations, ces responsables de l’AKP lancent des appels à la conciliation en direction de la confrérie Gülen présentée jusque-là comme responsable d'une campagne de déstabilisation du gouvernement.

    Avec notre correspondant à Istanbul, Jérôme Bastion

    Ce sont le ministre des Affaires étrangères, Ahmet Davutoglu, et l’ancien ministre de la Justice, aujourd’hui vice-président du parti de la Justice et le développement (AKP), le parti au pouvoir, Mehmet Ali Sahin, qui lancent cet appel. Il est donc évident qu’ils n’agissent pas sur une initiative personnelle, mais qu’il s’agit bien là d’un changement de ton et de stratégie à 180° de la part de l’AKP.

    Le chef de la diplomatie revient, par exemple, sur les bénéfices de dix ans d’histoire commune à l’AKP et à la confrérie du prédicateur musulman Fethullah Gülen après avoir connu la même répression par l’armée. « Il nous faut construire le dialogue au lieu de barrières physiques entre nous, sinon ce sera la population qui sera perdante », dit par exemple Ahmet Davutoglu dans un entretien à la télévision Kanal 7 appartenant à la communauté Gülen, reprise dans une longue dépêche de l’agence de presse officielle Anatolie.

    Cliquez pour agrandir
    Fethullah Gülen, prêcheur islamisque turc, en Pennsylvanie, aux Etats-Unis, où il est en exil. Reuters/Files

    Craintes à l'approche des élections

    Quant à Mehmet Ali Sahin, il est encore plus direct. « Revenez au pays [Fethullah Gülen est exilé aux Etats-Unis depuis 1999, ndlr]. Nous avons traversé les mêmes difficultés, et fait tant de chemin ensemble. Il ne faut pas se mettre de bâtons dans les roues », lance-t-il au prédicateur. Et Ali Sahin de souligner que « les élections approchent et que cette lutte fratricide l’attriste ».

    Tout le monde s’accorde en effet pour penser que l’AKP risque de perdre une partie non négligeable de son électorat dès les municipales du 30 mars prochain si la guerre déclarée avec les Gülenistes se poursuit.


     ■ ZOOM : La dégradation des relations entre Fethullah Gülen et Recep Tayyip Erdogan

    Fethullah Gülen, prédicateur islamique âgé de 73 ans, a fondé la confrérie Gülen dans les années 1970 en Turquie. Exilé aux Etats-Unis depuis 1999, il prône un islam rigoureux, mais qui s’inscrit dans l’esprit du capitalisme. Ses partisans seraient nombreux au sein de l’appareil d’Etat turc, notamment dans la bureaucratie et les forces de police.

    En 2011, la confrérie avait apporté son soutien lors de l’arrivée au pouvoir de Recep Tayyip Erdogan. Mais les liens se sont depuis largement distendus. Au printemps dernier, la confrérie avait critiqué la répression contre les manifestations. Il y a un mois, le gouvernement Erdogan a annoncé sa volonté de fermer les écoles tenues par la confrérie. 

    Samedi 21 décembre, Fethullah Gülen avait promis « la punition divine » au gouvernement pour ses mesures contre la police. Une semaine plus tard, lors d’un meeting à Istanbul, samedi 28 décembre, Recep Tayyip Erdogan a pour sa part qualifié la confrérie Gülen de « groupe criminel infiltré dans les rouages de l’État ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.