GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Aujourd'hui
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Science

    Les princes Charles et William, 9 minutes pour la défense des éléphants

    media Eléphant en liberté près de la frontière entre le parc du Serengeti et le Ngorongoro en Tanzanie. Nick Junnings

    Londres abrite, ces 12 et 13 février 2014, un sommet sur le trafic d’espèces menacées convoqué par le Premier ministre David Cameron. Très engagés dans la lutte pour la protection de l’environnement, le prince Charles et son fils William, ont à cette occasion enregistré une vidéo dans laquelle ils appellent à sauver les éléphants et les autres espèces menacées.

    Jamais, le braconnage d’éléphants n’a atteint un tel niveau en Afrique centrale : en dix ans, 62 % de ces animaux ont été exterminés. C’est notamment pour mettre un frein au commerce de l’ivoire et renforcer les initiatives prises depuis deux ans contre le développement de cette criminalité que se tient à Londres une conférence sur le commerce illégal d’espèces sauvages. Cette réunion au sommet se tient à l’initiative du prince Charles et du Premier ministre David Cameron. 

    Demande insatiable

    En France, trois tonnes d’ivoire issues de saisie, ont été détruites le 6 février, après la signature d’un pacte France-Afrique pour lutter contre le trafic d’espèces menacées. Le Gabon a aussi procédé récemment à la destruction d’ivoire saisi après les Etats-Unis, l’Inde, les Philippines et le Kenya. La Chine principal pays de destination de l’ivoire de contrebande dans le monde, a elle-même procédé le 6 janvier à la destruction de 6,2 tonnes, un gage de sa loyauté à la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (Cites). « La Chine envoie un message très fort, aux Chinois comme à la communauté internationale, en montrant qu'elle n'est pas disposée à tolérer le commerce illégal de l'ivoire d'éléphant », a déclaré le secrétaire général de la Cites, John Scanlon.

    Ces signes de bonne volonté sont cependant loin d’être suffisants et ne représentent qu’une petite partie du trafic et des stocks saisis. Selon les estimations établies par la Cites, 22 000 éléphants ont été tués illégalement en 2012, un nombre qui a doublé en dix ans. Un rythme d’abattage qui n’assure plus le renouvellement de cette espèce si étroitement associée à l’Afrique… C’est cette urgence à agir qu’ont voulu transmettre le prince Charles d’Angleterre et son fils William dans un message filmé de 9 minutes.

    « Le développement d'une demande visiblement insatiable, particulièrement en Asie, offre un aiguillon économique à une criminalisation et une professionnalisation accrues du trafic. Des bandes criminelles organisées volent et massacrent éléphants, rhinocéros et tigres ainsi que d'autres espèces à une échelle sans précédent, poussant beaucoup d'entre elles au bord de l'extinction », plaide l’héritier de la couronne britannique.

    « Si nous échouons, il sera trop tard »

    A côté de lui, son fils William, duc de Cambridge, tout aussi actif dans la protection de la nature, poursuit le plaidoyer : « Nous devons être la génération qui met fin au commerce illégal et qui garantit l'avenir de ces animaux magnifiques ainsi que de leur habitat. Car si nous échouons, il sera trop tard ». Puis, c’est en arabe, en vietnamien, en swahili, en espagnol et enfin en mandarin que le père et le fils clôturent leur intervention avec ce slogan « Unissons-nous pour la vie sauvage ».

    La conférence de Londres rassemblera les 12 et 13 février des hauts responsables d’une cinquantaine de pays pour tenter d’enrayer un fléau qui ne fait que s’étendre. Pour ne citer que la Chine, l’importation illégale d’ivoire non seulement ne recule pas mais elle s’accroît de 10 % par année estimait récemment un spécialiste de la contrebande employé des Douanes chinoises. Et, constatent les spécialistes, la demande asiatique est en constante augmentation que ce soit pour la bijouterie ou la décoration. 

    Rien n’indique en effet un ralentissement du braconnage : en 2013, plus de 41 tonnes d’ivoire ont été saisies dans le monde. « Malgré des efforts considérables pour lutter contre la criminalité liée aux espèces sauvages, celle-ci continue d’être un problème dans le monde entier » ne peut cependant que constater John Scanlon le secrétaire général de la Cites.

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.