GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 20 Mai
Mardi 21 Mai
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
Aujourd'hui
Samedi 25 Mai
Dimanche 26 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Afrique

    Macky Sall chez Xi Jinping pour renforcer les relations sino-sénégalaises

    media Préparatifs de la fête nationale sur la place Tienanmen, le 28 septembre 2013. ChinaFotoPress/ChinaFotoPress via Getty Images

    Le président sénégalais Macky Sall entame ce mercredi 19 février une visite de plusieurs jours en Chine. Le président sénégalais est le premier chef d'Etat africain invité par le nouveau président chinois Xi Jinping.

    Les relations entre le Sénégal et la Chine sont assez récentes puisqu'elles n’ont été rétablies qu’en 2005. Avant cela, pendant dix ans, le Sénégal a préféré reconnaître Taïwan. Quand le président sénégalais Abdoulaye Wade se tourne vers la République populaire de Chine, il s’en explique dans une lettre à Taïpeï, par une citation du général de Gaulle : « Les Etats n'ont pas d'amis. Ils n'ont que des intérêts. »

    Huit ans plus tard, la Chine est le deuxième partenaire commercial du Sénégal après l'Union européenne. Aujourd'hui, hors produits pétroliers, elle détient 11% des parts de marché du Sénégal, autant que la France.

    « L’enjeu de cette visite pour le gouvernement sénégalais, c’est avant tout de diversifier ses partenaires, explique Xavier Aurégan, chercheur à l'Institut français de géopolitique. Il va également essayer de combler le déficit commercial entre les deux pays : plus de 90% des échanges se font au détriment du Sénégal. »

    L'année dernière, la Chine a accordé plus de 110 milliards de francs CFA d'aide au développement au Sénégal, soit environ 170 millions d'euros. Elle est devenue aujourd'hui le quatrième bailleur de fonds du pays. « Abdoulaye Wade a réussi à faire financer le musée des civilisations, des barrages, des missions médicales notamment à l’hôpital Silence de Ziguinchor en Casamance, poursuit Xavier Aurégan. Tous ces financements sont à aller chercher en amont, en Chine. »

    Des relations déséquilibrées

    Le commerce entre le Sénégal et la Chine s'élève à plus de 400 milliards de francs CFA, c'est-à-dire plus de 600 millions d'euros. Il est essentiellement constitué de produits chinois importés.

    Le Sénégal a peu à offrir en échange : pas d'industrie, ni même de ressources naturelles dont la Chine est pourtant très demandeuse. La relation entre les deux pays paraît donc bien différente de celle que la Chine entretient avec des pays riches en pétrole notamment, comme le Soudan, l’Angola ou le Nigeria. « On peut penser que le Sénégal gagne plus dans la coopération que d’autres pays, explique Moubarack Lo, président de l'Institut africain de l'émergence à Dakar et ancien directeur de cabinet de Macky Sall. Le Sénégal reçoit beaucoup et donne assez peu. Mais ce n’est que l’aspect court terme. A long terme, il y aura de plus en plus d’entreprises chinoises qui vont gagner des marchés au Sénégal. Aujourd’hui, les grandes corporations chinoises sont en train de se positionner pour faire des autoroutes, des centrales électriques… Le calcul de la Chine c’est de se dire, investissons dans le court terme pour avoir des bénéfices à long terme. »

    Commerçants chinois

    Entre 1000 et 1500 Chinois vivent au Sénégal. Les deux tiers sont des commerçants, installés près de l'allée du Centenaire à Dakar. Ils vendent des biens de consommation comme des chaussures ou des vêtements. Mais les commerçants sénégalais supportent mal cette concurrence qu'ils estiment déloyale. Il faut dire qu'ils vendent eux aussi des produits d'importation chinoise. Ibrahima Lo, secrétaire général de l'Unacois, l'Union nationale des commerçants et industriels sénégalais, s’indigne : « Quand nous achetons en Chine nous sommes obligés de passer par des intermédiaires. Les Chinois n’en ont pas besoin et ont donc accès à des produits beaucoup moins chers. En plus, ils ont ici des ateliers de montage. Quand nous achetons des produits prêts à l’emploi, eux ils importent des pièces détachées. Ils gagnent sur la quantité et sur la douane. »

    En réalité, l'arrivée des commerçants chinois a surtout imposé une restructuration rapide du commerce sénégalais. Deux ans après le rétablissement des relations entre les deux pays, plus 5 500 Sénégalais ont obtenu des visas d'affaires pour aller commercer en Chine.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.