GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 17 Janvier
Samedi 18 Janvier
Dimanche 19 Janvier
Lundi 20 Janvier
Aujourd'hui
Mercredi 22 Janvier
Jeudi 23 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Perquisitions en Allemagne pour «fraude» sur des moteurs diesel Mitsubishi (parquet)
    • France: un loup a été identifié dans une région de l'ouest du pays, le premier en près d'un siècle
    • Les demandes d'asile en France ont augmenté de 7,3% en 2019 avec 132 614 dossiers déposés à l'Ofpra (ministère de l'Intérieur)
    • La tempête Gloria touche les Pyrénées-Orientales, de fortes chutes de neige en altitude et 1000 foyers sans électricité
    • À Davos, Donald Trump qualifie son procès en destitution de «farce» et de «chasse aux sorcières»
    • Syrie: des raids russes font douze morts, dont sept enfants (OSDH)
    • A Davos, devant Greta Thunberg, Donald Trump fustige les «prophètes de malheur»
    • L'épave du «Titanic» est désormais protégée par un traité britannico-américain (ministre)
    • Taxe sur le numérique: la France envisage une suspension du paiement des acomptes en 2020
    Europe

    Entretien «productif» entre Obama et Poutine après l'accord en Ukraine

    media Vladimir Poutine et Barack Obama, au Mexique, en 2012. REUTERS/Jason Reed

    Le président Obama a eu vendredi une conversation téléphonique avec Vladimir Poutine pour discuter de l’accord de sortie de crise conclu entre Vicktor Ianoukovitch et l’opposition ukrainienne.

    Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

    La conversation a été qualifiée de « constructive » par un haut responsable du département d’Etat. Les deux chefs d’Etat ont souligné l’importance de mettre en application rapidement l’accord et d’encourager les parties à s’abstenir d’avoir recours à la violence.

    La Russie a souhaité rester impliquée dans le processus. Elle était représentée par un observateur lors des négociations entre les ministres européens et Ianoukovitch, mais n’a pas signé l’accord. Obama et Poutine ont aussi discuté de la nécessité de stabiliser l’économie ukrainienne.

    Le diplomate américain s’est félicité du ton positif de la conversation entre les deux présidents. Il a rappelé que s’il n’y avait pas de ministre américain durant les pourparlers, le vice-président Biden, lors de multiples appels téléphoniques, neuf depuis novembre, avait fait pression sur Ianoukovitch pour qu’il accepte un compromis.

    Pas d'intervention de l'armée russe

    Avant qu’Obama ne téléphone, à son initiative, à son homologue russe, la Maison Blanche avait salué le courage des dirigeants de l’opposition pour avoir accepté l’accord. L’administration a aussi prévenu qu’en cas de violation de l’accord, des sanctions pourraient être prises.

    Deux hauts responsables du département d’Etat - dont le numéro deux, William Burns -, devraient se rendre à Kiev dans les prochaines semaines. Autre signe encourageant, le ministre de la Défense Pavel Lebedev, qui avait refusé de répondre aux appels du secrétaire à la défense américain, Chuck Hagel, l’a assuré que l’armée n’interviendrait pas contre les manifestants.


     ■ ZOOM : L'Europe dans l'attente d'actes

    Avec notre bureau de Bruxelles,

    Si l’Union Européenne se félicite de la signature d’un accord de sortie de crise en l’Ukraine, ses dirigeants se gardent cependant de tout triomphalisme. Le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, presse les dirigeants ukrainiens de passer des paroles aux actes. Il considère ce compromis comme l’étape indispensable pour relancer le dialogue.

    Herman Van Rompuy souligne aussi le rôle joué par l’Union et, en particulier, le travail des ministres des Affaires étrangères français, allemand et polonais présents à Kiev.

    Pour sa part, le président de la Commission européenne José Manuel Barroso, assure que l’Union maintiendra ses efforts pour aider l’Ukraine dans ses réformes politiques et économiques.

    L’Europe soutient sans réserve la mise en œuvre de cet accord, souligne la chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton. Toutefois, elle reconnaît aussi que l’application de ce compromis sera difficile, un point de vue partagé par Martin Schulz, le président du Parlement européen.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.