GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 12 Juillet
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    La doyenne des survivants de l'Holocauste décède à Londres

    media Un visiteur dans le mémorial sur l'Holocauste de Yad Vashem, le 26 janvier 2014, à Jérusalem. EUTER/Baz Ratner

    C'était la plus vieille survivante de l'Holocauste. Alice Herz-Sommer est morte à Londres à l'âge de 110 ans. Juive originaire de Prague, elle avait passé deux ans pendant la Seconde Guerre mondiale dans le camp de concentration de Terezin, en Tchécoslovaquie, où elle jouait du piano pour tenter de faire oublier leur cauchemar à ses codétenus.

    Avec notre correspondante à Prague,Christine Dupré

    Alice Herz-Sommer disait toujours qu’elle avait survécu à son enfermement dans le camp de concentration de Terezin grâce à son optimisme, sa discipline et surtout la musique. C’est tout petite qu’Alice, née en 1903 dans une famille juive allemande cultivée de Prague, apprit le piano enseigné par un disciple de Franz Liszt. Elle fit la connaissance des écrivains Franz Kafka et Max Brod.

    Devenue pianiste professionnelle, elle fut internée sous l’occupation nazie avec d’autres excellents musiciens juifs dans le ghetto de Terezin. Dans ce camp que les nazis voulaient présenter comme un modèle, Alice Herz-Sommer, malade, affamée, participa à 150 concerts donnés le plus souvent lors des visites de la Croix-Rouge. « La musique est magique, a-t-elle expliqué dans de nombreuses interviews. Elle nous rendait plus vivants que nos geôliers ».

    Après la guerre, cette survivante émigrée en Israël y vécut quarante ans avant de rejoindre une partie de sa famille à Londres. Elle continua de pratiquer le piano trente minutes par jour, de marcher et de nager,  jusqu’à sa 103e année.

    Alice Herz-Sommer est restée jusqu’à la fin une source de stimulation psychologique pour sa famille. « La dame du baraquement 6 », comme elle fut surnommée dans un documentaire, ne voulait voir que les belles choses de la vie.

    A (RE) LIRE : Au Maryland, la SNCF prise pour cible pour son rôle dans la Shoah

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.