GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 11 Novembre
Lundi 12 Novembre
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Ukraine: les forces spéciales ukrainiennes Berkhout dissoutes

    media Des Berkout à Kiev, le 22 février 2014. REUTERS/Yannis Behrakis

    L’Ukraine est toujours dans l'attente d'un gouvernement de transition, et, selon le député d'opposition Valery Patskan, celui-ci sera dévoilé ce mercredi soir 26 février. En attendant, les législateurs font table rase des symboles de la répression de l’ancien régime. Le ministre de l’Intérieur a annoncé ce matin la dissolution des forces spéciales anti-émeute Berkhout, celles mises en cause dans la journée du 20 février dernier, la plus sanglante qu'ait connu le pays ces derniers mois.

    Les Berkhout étaient des forces spéciales du ministère ukrainien de l'Intérieur, une police anti-émeute qui a succédé aux tristes Omon soviétiques. Leurs effectifs étaient d'environ 5 000 hommes, alors que le nombre total des troupes du ministère ukrainien de l'Intérieur atteignait 33 000 hommes. On pouvait facilement reconnaître les hommes de cette unité très spéciale grâce à un insigne particulier sur l'épaule, un aigle blanc, Berkhout signifie d'ailleurs « aigle blanc » en ukrainien.

    Lourdement armés

    Leurs uniformes étaient différents de ceux des autres unités de la police, les Berkhout étaient équipés de casques, de boucliers et de matraques, ainsi que de protections renforcées pour le buste, les bras et les jambes. Ils étaient aussi lourdement armés, avec des kalachnikovs, mais avaient également des fusils à lunette, dont ils se sont servis contre les manifestants.

    Pardon

    Les Berkhout ont été le fer de lance de la répression, le total de leurs victimes s'élève à près de 100. Avant que ces éléments ne soient dissouts par décret présidentiel, on a pu voir certains de leurs membres se mettre à genoux et demander pardon à la foule, à Maïdan, la place de l'Indépendance à Kiev.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.