GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 24 Juin
Samedi 25 Juin
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
Aujourd'hui
Mercredi 29 Juin
Jeudi 30 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    La flotte russe de la mer Noire est basée en Crimée

    media Le croiseur Moskova, en 2009. DR

    Les derniers événements en Crimée provoquent de grandes inquiétudes à l'Otan, mais aussi en Pologne, en Allemagne et au Royaume-Uni. Ce jeudi matin, des dizaines d'hommes armés se sont emparés du siège du gouvernement et du Parlement de Crimée. Ils ont hissé le drapeau russe. La Crimée, péninsule russophone du sud de l'Ukraine, où il existe une véritable tentation sécessionniste, est une zone stratégique pour Moscou, puisque c'est là qu'est basée la flotte russe de la mer Noire.
     

    Il faut se souvenir que durant la guerre froide, Sébastopol était le port d'attache de la 5e escadre soviétique, ce qu'on appelait alors la flotte de méditerranée, qui comptait une cinquantaine de navires. Depuis, bien sûr, il y a eu la chute de l'Union soviétique, un accord de partage des navires basés en Crimée a été trouvé entre la Russie et l'Ukraine en 1997. Mais Moscou n'a jamais accepté de quitter Sébastopol. Au départ, le bail de location de la base devait expirer en 2017, mais en 2010, Viktor Ianoukovitch et Dmitry Medvedev avaient convenu de prolonger le présence russe à Sébastopol. La marine russe souhaite d'ailleurs moderniser ses installations en Crimée en développant la base navale de Novorossirsk, 300 kilomètres plus à l'est et en accueillant à Sébastopol des frégates modernes et de nouveaux sous-marins.

    Sébastopol est toujours le port d'attache du puissant croiseur Moskova qui patrouillait à l'automne dernier au large des côtes syriennes. C'est aussi la base de plusieurs grands navires de débarquement russes, une dizaine de grosses unités de surface au total, et c'est là que doit être basé le deuxième bâtiment de projection de commandement classe Mistral, qui doit être livré par la France en 2015. Même si tous les navires doivent passer le détroit de Bosphore, tenu par la Turquie, membre de l'Otan, pour quitter la mer Noire, les Russes considèrent qu'il est vital pour eux de disposer d'une base entièrement équipée, située en eaux chaudes, à quelques jours de mer du canal de Suez et des positions stratégiques de la Russie.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.