GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    L’Espagne commémore les dix ans des attentats de Madrid

    media Le 11 mars 2004, plusieurs explosions dans la gare d'Atocha à Madrid tuaient 191 personnes et faisaient 1900 blessés. AFP PHOTO/ CHRISTOPHE SIMON

    C’était il y a dix ans jour pour jour. Le 11 mars 2004, des poseurs de bombe islamistes provoquaient la mort de près de 200 personnes dans le cœur de Madrid. Une décennie plus tard, cela continue d’être vécu intensément, car les litiges persistent.

    Avec notre correspondant à Madrid, François Musseau

    On l’appelle « la forêt des innocents ». Ce sont 191 pins plantés dans le parc du Retiro, tout près de la gare d’Atocha, à Madrid, où ont eu lieu, il y a dix ans, les terribles attentats. Cent quatre-vingt-onze arbres comme autant de victimes. Une décennie plus tard, l’endroit a été choisi pour commémorer ce traumatisme collectif. Aujourd’hui encore, le souvenir est à fleur de peau. Mohamed Escudero, linguiste de 32 ans, s’en souvient comme si c’était hier. « Moi, je pense que c’est un acte horrible qui a causé beaucoup de douleur et aussi beaucoup de fractures », dit-il.

    Des fractures, il en reste. Même si la douleur est collective, ces attentats perpétrés par des islamistes résidant en Espagne ont creusé des fossés et provoqué des ressentiments. Car tout le monde ne s’est pas mis d’accord sur les auteurs de ces attentats. « Le fait qu’on continue de politiser cette affaire qui a provoqué tant de souffrances dans ce pays, c’est quelque chose qui m’indigne. Moi, dix ans après, j’ai les mêmes sentiments à fleur de peau : la tristesse et l’indignation », confie Marta Jimenez, professeure de collège

    Comme le suggère Marta, certains, relayés par différents médias, pensent toujours que l’organisation terroriste basque ETA a eu une part de responsabilité dans cette tragédie sanglante. Et pourtant personne, hors d’Espagne, n’a jamais donné crédit à cette théorie sans fondement.

    Une cérémonie religieuse s'est tenue en la cathédrale Almudena de Madrd ce mardi 11 mars au matin, en présence du couple royal. REUTERS/Paco Campos

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.