GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Yémen: l'émissaire des Nations unies exhorte les belligérants à respecter l'accord de trêve (Twitter)
    • Brésil: le fils de Bolsonaro se déclare en faveur d'un référendum sur la peine de mort («O Globo»)
    • Mort de Bernard Darty, cofondateur de l'enseigne d'électroménager (Fnac Darty)
    Europe

    Nuit de violences dans les principales villes turques

    media Des manifestants derrière une barricade à Ankara, le 12 mars 2014. REUTERS/Umit Bektas

    En Turquie, c'est le décès d'un jeune homme après des mois de coma qui a remis le feu aux poudres : les funérailles de Berkin Elvan étaient célébrées hier mercredi 12 mars, devant une foule imposante à Istanbul. Par ailleurs, d'autres rassemblements ont dégénéré dans certaines grandes cités du pays.

    Avec notre correspondant à Istanbul, Jérôme Bastion

    C’étaient des violences hautement prévisibles après la mobilisation monstre des funérailles du petit Berkin : outre Ankara, Izmir ou Tunceli, les rues d’Istanbul ont connu une des nuits les plus violentes depuis les grandes manifestations de juin 2013. Barricades en feu, gaz lacrymogènes, canons à eau, assauts et poursuites interminables jusque très tard dans la nuit. Ces heurts ont fait plusieurs blessés, soit indisposés par les gaz, soit blessés à la tête par les projectiles de police.

    Presse critique

    Et puis, en marge de ces heurts, ces incidents tout aussi inquiétants dans les rues du centre-ville et du quartier de la victime : des bandes de provocateurs en civil, menant des opérations de répression qui ont fait une victime, un homme de 30 ans tué par balles. Devant cette situation de plus en plus incontrôlable, la presse turque, unanime ce matin à saluer le « petit prince » Berkin enterré hier, se montre de plus en plus critique. Elle dénonce l’attitude du gouvernement, entre déni et stigmatisation, entre autisme et polarisation, et le Premier ministre qui garde le silence sur la contestation et les violences de ces derniers jours.

     → A (RE)LIRE : Turquie: 200 000 personnes aux funérailles de Berkin Elvan

    Comme les manifestants, les éditorialistes expriment de plus en plus crûment leur ras-le-bol et leur inquiétude. Et, comme les protestataires dans la rue, ils réclament - plus que la démission du gouvernement et de son chef - que le Premier ministre rende des comptes et soit jugé pour ses crimes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.