GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 12 Novembre
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    Football / Ligue des nations : la France s’incline face aux Pays-Bas (2-0)
    Dernières infos
    Europe

    La chambre haute du Parlement russe valide le rattachement de la Crimée

    media Le drapeau russe flotte sur la base navale ukrainienne de Sebastopol, le 20 mars 2014. REUTERS/Shamil Zhumatov

    Le Conseil de la Fédération russe a voté le rattachement de la péninsule de Crimée à la Russie. Tout comme le fut le vote à la Douma (chambre basse du Parlement russe), cette dernière étape du processus de ratification n'a été qu'une simple formalité. Dans le même temps, à Kiev, les Ukrainiens fourbissent leurs armes.

    Avec notre correspondante à Moscou, Muriel Pomponne

    Le processus politique de rattachement de la Crimée à la Russie touche à sa fin. La péninsule devient ainsi « un sujet », selon la terminologie administrative.

    Hier, la Douma, la chambre basse du Parlement, et avant-hier, le Conseil constitutionnel avaient successivement validé le traité. Auparavant encore, Vladimir Poutine l'avait lui-même signé.

    Nouveaux citoyens russes

    Ce traité prévoit donc que les langues nationales de la Crimée seront le russe, l’ukrainien et le tatar. Tous les habitants seront désormais considérés comme des citoyens russes. Ceux qui ne souhaitent pas devenir russes ont un mois pour le faire savoir et conserver une autre nationalité.

    La période transitoire pour l’administration, la justice, les finances, va durer jusqu’au 1er janvier 2015 et des élections sont d’ores et déjà prévues en septembre 2015.

    La chambre haute du Parlement doit également examiner les sanctions américaines et européennes. A ce sujet, au cours d'une réunion du conseil de sécurité présidentiel , Vladimir Poutine a déclaré : « Je pense que nous devons nous abstenir de prendre des mesures de rétorsion pour le moment. » On s'attendait pourtant à des sanctions miroirs, comme le ministre des Affaires étrangères l'avait laissé entendre dans un communiqué hier. Une liste de noms de neuf personnalités américaines avait même déjà été publiées, qui n'étaient plus autorisés à entrer sur le sol russe.

    Vladimir Poutine qui, d'après les agences, était de bonne humeur lors de cette réunion, aurait également annoncé son intention d'ouvrir un compte bancaire dans la banque Rossiya, visée par les sanctions américaines.

    Les banques s'en mêlent

    Ce matin, l’agence américaine de notation financière Fitch s’inquiète. Elle dégrade la perspective de la Russie, mais lève en revanche sa menace d'abaisser celle des Etats-Unis.

    Cette décision est en rapport direct avec les menaces de sanctions économiques américaines et européennes. Les deux grandes agences de notamment, Fitch et Standard & Poor’s, ont abaissé la note de la Russie. La perspective de la note de solvabilité de la Russie devient négative en raison des risques liés aux sanctions occidentales.

    Ces deux agences craignent en effet un ralentissement des investissements étrangers. Dans le pire des cas, précise Fitch, les Etats-Unis pourraient interdire aux institutions financières de travailler avec les banques et les institutions russes.

    A ce propos, la Banque de Russie vient de publier un communiqué où elle déclare qu’elle répondra à toutes ces obligations envers ses clients. La Bourse de Moscou, quant à elle, était en baisse de plus de 2% vendredi matin.

    Des camps d'entraînement attirent des milliers d'Ukrainiens

    Il est maintenant clair que l'Ukraine a perdu le contrôle physique de la péninsule de Crimée. Le pays se prépare en hâte à la guerre, contre une possible invasion des régions de l'est par l'armée russe. Le 13 mars, le Parlement a voté la création d'une garde nationale de 60 000 hommes. 40 000 ont déjà répondu à l'appel, et ils s'entraînent dans des camps spéciaux à travers le pays.
    Reportage, dans l'un de ces camps en banlieue de Kiev, de notre correspondant, Sébastien Gobert.

    C'est dans une chorégraphie désordonnée qu'une compagnie de recrues de la nouvelle garde nationale ukrainienne prend ses premières leçons d'auto-défense. Les quelque 500 volontaires de ce camp, à 30 kilomètres au nord de Kiev sont issus en grande majorité des groupes d'auto-défense de l'Euromaïdan. Leurs uniformes sont dépareillés, ils utilisent du matériel rudimentaire.

    Iouriy Cheriomotchki a la quarantaine, il a passé les derniers mois sur le Maïdan. Comme tous ses camarades, il est volontaire, il ne touche pas de salaire. Mais quand la garde nationale a été créée, il ne s'est pas posé de question :

    « L'Ukraine est en état de mobilisation générale. Et comme nous étions venus sur le Maïdan, nous sommes venus ici. Nous sommes là pour apporter un soutien moral. Nous ne sommes pas des soldats professionnels, mais nous avons le moral, grâce à Dieu. »

    Les volontaires sont encadrés par des soldats professionnels, qui assurent qu'il faudra encore de longues semaines avant que les recrues ne soient déployés sur le terrain. Le statut et le financement de la garde nationale posent beaucoup de questions, mais celle-ci reflète un engouement patriotique inédit de la population ukrainienne. En tant que force d'appoint d'une armée ukrainienne elle aussi affaiblie, la garde nationale ne pourra sans doute pas arrêter une hypothétique invasion de chars russes. Mais les volontaires semblent bien déterminés à défendre leur pays, leurs villes, leurs quartiers, leurs famille, jusqu'au bout.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.