GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    La Crimée perdue, l’Ukraine veut défendre le reste de son territoire

    media Un soldat ukrainien dans l'est du pays, près de la frontière russe, le 24 mars 2014. REUTERS/Yannis Behrakis

    Pendant que les Occidentaux discutent aux Pays-Bas, la Russie, elle, poursuit ses opérations en Crimée. Ses troupes occupent désormais l'essentiel des bases militaires sur place et l'Ukraine, par mesure de précaution, a décidé de retirer ses soldats. Mais un autre processus est en cours, une campagne de recrutement de la Garde nationale pour faire face à une éventuelle intervention des troupes russes sur le sol ukrainien.

    Avec notre envoyée spéciale à Kiev, Murielle Pomponne

    Jusqu'où vont aller les Russes ? Que veut Poutine ? L'inquiétude est en tout palpable à Kiev. La mobilisation a donc commencé depuis environ une semaine. Sur les boulevards, de grandes affiches bleues et jaunes avec le trident symbole de l'Ukraine interpellent le passant : « Ami, as-tu répondu à l'appel de la Garde nationale ? » Suit le numéro de téléphone à composer pour entrer en contact avec le ministère de la Défense. Les jeunes gens sont fortement incités à répondre à cet appel et à participer aux journées de formation.

    Sur l'avenue Kreshiatik, toujours fermée par des barricades, des affiches, plus informelles celles-là, invitent aussi les passants à participer aux groupes d'autodéfense. L'affiche peinte à la main représente un manifestant avec un casque improvisé et un bouclier fait d'une planche de bois. Sur le Maïdan, la place de l’Indépendance, on croise encore de nombreuses personnes en treillis, des paramilitaires. Certains contrôlent l'entrée de bâtiments comme la mairie, ou certains hôtels.

    Mais dès que l'on s'éloigne du Maïdan, Kiev a repris son activité habituelle, avec en même temps, chez beaucoup d'Ukrainiens, cette inquiétude du lendemain, ce sentiment que l'Europe est absente, et que la Russie, hier amie, s'est transformée en ennemi imprévisible.

    Sergueï Choïgou en Crimée

    L'Ukraine a décidé de retirer ses troupes de Crimée où l'essentiel de ses bases est tombé en trois semaines d'occupation sous le contrôle de la Russie. Le ministre de la Défense, Sergueï Choïgou, a d'ailleurs été le premier responsable du gouvernement russe à se rendre en Crimée.

    Il n'a même pas attendu que tous les militaires ukrainiens aient quitté la péninsule pour s'y rendre, et visiter les installations militaires russes. A cette occasion, il a nommé commandant en second de la flotte russe de la mer noire, le contre-amiral Berezovski, celui-là même qui avait prêté allégeance à la Russie, le 2 mars dernier, alors qu'il venait d'être nommé à la tête de la marine ukrainienne à Sébastopol. Désormais, a déclaré Choïgu, les militaires ukrainiens de Crimée doivent choisir : soit ils entrent dans l'armée russe, soit ils quittent la Crimée.

    D'après l'état-major ukrainien, environ la moitié du personnel militaire de Crimée aurait choisi de servir la Russie. Le retrait des autres militaires ukrainiens est en cours et devrait s'achever rapidement


     ■ ANALYSE : « Tout cela peut créer une étincelle »

    La Maison Blanche est très inquiète des risques d’escalade en Ukraine, risques provoqués par la présence de troupes russes à la frontière. Le département américain de la Défense estime que le nombre de soldats russes envoyés sur les frontières sud et est de l’Ukraine ne fait que croître, malgré les dénégations de Moscou, et la promesse de ne pas envahir son voisin. Une inquiétude relayée par Michael McFaul, ambassadeur des Etats-Unis en Russie jusqu’au mois de février dernier. Ce spécialiste de la Russie estime que le contexte est volatile, et c’est ce qui peut provoquer une réaction agressive d’un Vladimir Poutine imprévisible.

    Je suis très nerveux, pas parce que je pense qu’il [Poutine] est en train de planifier une invasion. Je pense que ce ne n’est pas son intention immédiatement. Toutefois, il n’avait pas l’intention non plus d’entrer en Crimée ! […] Mais il y a toujours des conséquences inattendues lorsque des gens de plus en plus nombreux ont des rancœurs, qu’ils sont armés…

    Michael McFaul

    Ancien ambassadeur américain en Russie

    25/03/2014 - par Anne-Marie Capomaccio Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.