GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 19 Novembre
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 24 Novembre
Samedi 25 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    La justice turque ordonne la levée du blocage de Twitter

    media Saisi par l'opposition et plusieurs associations turques, un tribunal administratif d'Ankara a jugé le blocage de Twitter «contraire aux principes de l'Etat de droit». REUTERS/Murad Sezer

    Un tribunal administratif d'Ankara s'est prononcé contre la décision très controversée du gouvernement de bloquer la semaine dernière l'accès au réseau social dans le pays... C'est ce qu'indiquent les médias turcs. Le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan accuse Twitter de propager les accusations de corruption qui visent son régime à la veille des élections municipales du 30 mars.

    Avec notre correspondant à Istanbul, Jérôme Bastion

    « Si la justice en a décidé ainsi, nous nous y plierons », a commenté le vice-Premier ministre Bülent Arinç peu après l’arrêt du tribunal administratif d’Ankara jugeant l’interdiction de Twitter « contraire aux principes d’un Etat de droit ». Ce que le tribunal reproche au gouvernement, c’est justement d’avoir procédé au blocage de l’accès au site de micro-blogging sans être passé par la justice. Le président de la Direction des télécommunications, qui avait fermé d’autorité le site Twitter, a encore le droit de faire appel de cette décision ; dans ce cas un autre tribunal serait rapidement saisi pour prendre une décision en référé.

    YouTube, prochaine cible d'Erdogan

    Ce jugement constitue un cinglant revers pour le Premier ministre, qui avait promis « d’éradiquer » Twitter et ne cesse de dénoncer son irrespect pour la législation turque. Recep Tayyip Erdogan a cependant laissé entendre hier soir dans un entretien télévisé que le véritable mal, c’était YouTube, le site d’échanges de vidéos qui diffuse des enregistrements compromettants pour son gouvernement, et qui pourrait être la prochaine victime de la censure.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.