GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
Dimanche 25 Août
Aujourd'hui
Mardi 27 Août
Mercredi 28 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    «Le gouvernement est enfin là. Le président de la République, chef de l'État, a enfin signé l'ordonnance. Donc aujourd'hui, le gouvernement ayant été constitué, on se mettra bientôt au travail», a déclaré à la presse le Premier ministre Sylvestre Ilunga, lui-même nommé le 20 mai 2019.

    Dernières infos
    • Israël riposte sur la bande de Gaza après des tirs de roquettes (armée)
    • L'Australie envisage de censurer des contenus extrémistes sur internet (Premier ministre)
    Europe

    L’Otan diffuse des photos de troupes russes aux portes de l’Ukraine

    media Image satellite montrant des troupes russes au sol (ici ujn bataillon d'artillerie), à Novocherkassk, non loin de la frontière ukrainienne prise par l'entreprise DigitalCode REUTERS/DigitalGlobe via SHAPE

    La preuve par l'image, c'est un peu l'esprit des documents publiés hier, jeudi 10 avril, par l'Otan. Ce qui peut prêter à sourire, c'est que les photographies qui ont été rendues publiques proviennent d'une entreprise grand public, DigitalGlobe, qui vend des prises de vue haute résolution. L'Otan s'organise donc pour faire face aux menaces russes. De son côté, un bateau espion de la DGSE, les services extérieurs du renseignement français, est arrivé ce vendredi 11 avril en mer Noire.

    Nul doute que les photographies réalisées par les satellites-espions de l'Otan sont des plus précises. Mais celles-là, contrairement à celles de DigitalGlobe, seuls les généraux de l'organisation transatlantique ont le droit de les voir.

    Les documents présentés par le centre de gestion de crise de l’Otan permettent toutefois de se faire une idée de l'ampleur du déploiement russe aux portes de l'Ukraine. Les prises de vue ont été réalisées entre fin mars et début avril. Sur certains clichés, on distingue des alignements de véhicules militaires, des camions, des blindés et peut-être des lance-roquettes multiples, lointains héritiers des fameux orgues de Staline. Des pièces d'artillerie prêtes à l'emploi, assure l'Alliance atlantique.

    L'Otan prépositionnée pour surveiller son meilleur ennemi

    Image satellite d'avions russes stationnés sur la base de Buturlinovka, dans le sud de la Russie, et susceptibles selon l'Otan de pouvoir intervenir rapidement en territoire ukrainien. REUTERS/DigitalGlobe via SHAPE

    Sur l'une des photos, une vingtaine d'hélicoptères sont stationnés dans un champ près de Belgorod, à une quarantaine de kilomètres de la frontière ukrainienne. Une aire d'atterrissage qui n'existait pas auparavant, assurent les experts de l'Otan.

    Certaines bases aériennes délaissées depuis des années accueillent de nouveau des avions de guerre. C’est vrai pour des terrains d'aviation non loin de la mer d'Azov, alors que la base de Primorsko dans le sud de la Russie, où étaient stationnés quelques avions d'attaque, a vu ses moyens renforcés par de puissants chasseurs Sukhoi. Entre démonstration de force de la Russie et communication atlantiste, chacun fourbit ses armes aux portes d'une Ukraine menacée de partition.

    L'Otan n'est en effet pas en reste. Depuis le début de la crise en Ukraine, l’Alliance atlantique a surtout renforcé ses moyens aériens. Chaque jour, un des dix-sept avions Awacs de l’Otan survole la Pologne et la Roumanie. Depuis le 1er avril, un Awacs français patrouille au-dessus des Pays baltes tous les trois ou quatre jours. Grâce à ces avions, les alliés surveillent l’espace aérien dans un périmètre de 400 kilomètres. Ils peuvent donc observer les mouvements russes jusqu’en Crimée, par exemple.

    Un vaste réseau satellite pour observer les mouvements de troupes

    S’agissant de ses moyens maritimes, l’Alliance pourrait décider la semaine prochaine de déployer ses propres navires militaires dans les eaux de la mer Noire. Le destroyer américain USS McDonald est déjà sur place, et ce vendredi, le navire d'écoute français de la DGSE, le Dupuy-de-Lôme, a été signalé passant le détroit du Bosphore pour entrer en mer Noire. A Paris, l'état-major a confirmé l'information sans donner plus de détails. Le ministère de la Défense rappelle toutefois que l'arrivée du navire était prévue de longue date, la convention de Montreux sur le passage des détroits imposant une demande d'autorisation au moins quinze jours au préalable.

    Toutefois, le déploiement du Dupuy-de-Lôme n'est jamais anodin. Dans la marine française, c'est le navire dédié à l'espionnage. On l'aperçoit généralement dans les zones de tension, au large de la Libye en 2011, au Proche-Orient ou dans la corne de l’Afrique. Ce navire peut intercepter les conversations radios ou les signaux électromagnétiques, et donc éventuellement récolter du renseignement sur les mouvements des troupes ou des navires russes.

    L’Alliance atlantique s’appuie, enfin, sur un vaste réseau satellitaire pour observer les mouvements des troupes russes. Mais les militaires ne laissent filtrer aucune information sur ce dispositif, pas plus, expliquait l’un d’eux, qu’un journaliste ne dévoile ses sources.


    ■ ZOOM : La France fournit ses propres clichés

    La France reconnaît qu'elle fournit depuis le début du mois des avions-radars Awacs destinés à renforcer la surveillance de l'Otan au-dessus des l'Europe de l'Est. Une décision prise en réponse à la crise ukrainienne. Les avions partent d'Avord, dans le centre de la France, et effectuent des missions régulières, précise le colonel Gilles Jaron porte-parole de l'état-major des armées à Paris.

    Deux types de mesures avaient été proposés [par la France] : le vol d'avions Awacs -donc une capacité de renseignement sur l'espace aérien-, et la mise à disposition de quatre avions de chasse, pour renforcer une mission de police du ciel...

    Colonel Gilles Jaron, porte-parole de l'état-major des armées 11/04/2014 - par Olivier Fourt Écouter

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.