GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Ukraine: négociations et positions figées

    media La statue de Lénine à Slaviansk, dans l'est de l'Ukraine, photographiée le 14 avril 2014. REUTERS/Gleb Garanich

    A Slaviansk, les séparatistes pro-russes n'ont pas respecté la fin de l'ultimatum, ce lundi 14 avril. Comme dans de nombreuses villes de l'est de l'Ukraine, ils maintiennent leurs positions. Ils se sont d'ailleurs emparés de bâtiments publics à Horlivka. Le président ukrainien par intérim a évoqué la tenue possible d'un référendum national sur le statut du pays. Les déclarations internationales se succèdent. Les ministres européens des Affaires étrangères se sont vus à Luxembourg. La Russie dénonce l'hypocrisie des Occidentaux.

    Dans l'est de l'Ukraine, les séparatistes pro-russes occupent toujours des bâtiments publics dans de nombreuses villes. A Slaviansk, alors que l'ultimatum fixé par les autorités à 6h00 du matin (TU) est arrivé à expiration, les séparatistes pro-russes n'ont pas bougé d'un iota. Ils contrôlent toujours le siège de la police et un bâtiment local des services de sécurité, qu'ils avaient pris d'assaut samedi.

    Mieux : ils se sont emparés ce lundi après-midi des sièges de la police et de la municipalité de Horlivka, sans faire de blessé, en plus des bâtiments officiels pris dans le week-end à Marioupol, ou encore Kramatorsk. Horlivka, c'est une localité de 250 000 habitants environ, située à 40 kilomètres au nord-est de Donetsk. Sur place, notre envoyé spécial Damien Simonart relate :

    « Une centaine d'hommes et de femmes, à l'évidence des civils, se sont installés dans les locaux de la municipalité restés intacts, après avoir forcé son chef à démissionner. Le drapeau ukrainien a été remplacé par celui de la République autonome du Donbass, dont Donetsk est la capitale. »

    Militants pro-russes amassés devant les locaux de la police de Horlivka, après sa prise de contrôle lundi 14 avril 2014. Le bâtiment a été partiellement incendié. AFP PHOTO/ ALEXANDER KHUDOTEPLY

    « A quelques kilomètres de là, le siège de la police a été attaqué par des hommes relativement jeunes, non armés mais à la carrure militaire, précise notre confrère. Certains d'entre eux, bien qu'ils se déclaraient citoyens de Horlivka, portaient d'ailleurs des uniformes de l'armée. »

    « Les séparatistes, qui ont cassé toutes les fenêtres du commissariat et construit une barricade de pneus devant le bâtiment, ont justifié l'attaque par la présence supposée de partisans du mouvement nationaliste " secteur droit " dans la ville. A la municipalité comme au siège de la police, les assaillants ont néanmoins affirmé qu'ils ne voulaient pas d'une guerre en Ukraine. »

    Les séparatistes pro-russes sont répartis sur les 11 étages à l'intérieur du bâtiment. Aleksandr Zakharchenko, l'un des leaders séparatistes, ne dément pas que des stocks d'armes y sont cachés.

    Reportage devant le bâtiment de l'administration régionale de Donetsk 14/04/2014 - par Damien Simonart Écouter

    En dépit de nouvelles déclarations annonçant l'entrée en action imminente des forces ukrainiennes, celles-ci ne sont, semble-t-il, pas encore intervenues. Le président Olexandre Tourtchinov a même évoqué, pour la première fois, l'idée d'un référendum national sur le fédéralisme, qui pourrait intervenir le jour de l'élection présidentielle, le 25 mai. Un tel scrutin entérinerait selon lui l'attachement des Ukrainiens à l'unité nationale et à l'indépendance de leur pays.

    Depuis son indépendance, il y a 25 ans, l'Ukraine est en effet divisée. D'un côté, sa partie occidentale se défie de Moscou. En face, l'Ukraine orientale entretient des liens très forts avec le voisin russe. Dans un pays en faillite, où l’essentiel de l’activité économique est dépendante de la Russie - notamment pour la fourniture du gaz -, il est finalement impossible d’écarter les pro-russes, qui réclament un référendum d’autodétermination, ou du moins des négociations sur l’avenir de l’Ukraine.

    S’exprimer dans les urnes sur ces questions serait donc un moyen de calmer le jeu. Le gouvernement ukrainien par intérim tente de trouver un juste milieu, entre le scénario criméen et la guerre civile.

    → À (RE)LIRE :L’ultimatum de Kiev aux insurgés de l'est de l'Ukraine

    Des hommes armés, du camp pro-russe, gardent l'entrée de la mairie de Slaviansk sous les encouragements d'une partie de la population descendue dans la rue. Photo: 14 avril 2014. REUTERS/Gleb Garanich

    En réalité, Kiev semble avoir le plus grand mal à reprendre le contrôle de la situation dans les provinces de l’est. L'Ukraine se trouve sous la menace militaire russe : 40 000 soldats attendraient à la frontière selon des images satellites occidentales. Une intervention de l’armée russe aurait des conséquences si dramatiques dans toute la région qu’elle est difficilement imaginable.

    Moscou, de son côté, dénonce l'hypocrisie des Occidentaux vis-à-vis des dirigeants ukrainiens. Le président Poutine a fait savoir qu'il recevait de nombreux appels à l'aide en provenance de l'est du pays, et qu'il observe avec une « grande inquiétude » l'évolution de la situation sur place. Quant à son ministre des Affaires étrangères, il ferraille dans les médias contre la position des Occidentaux.

    Sergueï Lavrov, le 14 avril 2014 à Moscou. REUTERS/Grigory Dukor

    « Nous n'intervenons pas dans les affaires intérieures de l'Ukraine, cela est contraire à nos intérêts, martèle M. Lavrov. Là-bas, il n'y a pas d'agent russe ; ni des services de renseignement GRU, ni des services de sécurité FSB. Nous avons été critiqués comme si ce n'était pas le cas. Le secrétaire d'Etat américain John Kerry et le ministre ukrainien des Affaires étrangères Andreï Dechtchitsa m'ont dit qu'un suspect aurait été arrêté. Je leur ai répondu : " Si vous avez arrêté quelqu'un, montrez-le ! " Mais pour une raison inconnue, ils ne le font pas. »

    Et de conclure : « La Russie n'a pas intérêt à détériorer la situation en Ukraine. Elle est intéressée à ce que l'Ukraine soit unie et que tous les groupes nationaux et ethniques du pays, et toutes les régions sans exception, se sentent chez eux dans leur propre pays. »

    → À (RE)LIRE :Google Maps rattache la Crimée à la Russie dans sa version russe

    Nous avons demandé à nos collègues occidentaux ce qu'ils pensaient de cette décision d'employer la force pour réprimer les protestations. Y compris de l'utilisation de l'armée contre leur propre population. Nous n'entendons aucune réaction. Ils demandent à la Russie d'arrêter de se mêler des affaires d'un autre État , comme si le peuple ukrainien n'était pas capable de protester lui-même quand ses droits ne sont pas respectés. Souvenons-nous comment ils appelaient «démocratie» la violence au Maidan dont le résultat était des dizaines de victimes , alors que les protestations pacifiques qui ont lieu maintenant au sud-est du pays sont considérées comme du terrorisme. Et ils annoncent que l'armée va être utilisée pour mener une opération anti-terrorisme. L'hypocrisie déborde ! J'espère vraiment que nous entendrons une réaction honnête, claire et sans double standard de la part de nos partenaires occidentaux.

    Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov 14/04/2014 - par Muriel Pomponne Écouter

    Dimanche, lors d'une réunion d'urgence du Conseil de sécurité des Nations unies à New York, la Russie et les Occidentaux ont affiché, une fois de plus, leur désaccord criant sur l'Ukraine. Ce lundi, la France et le Royaume-Uni ont condamné très fermement les violences dans l'est du pays, dans un communiqué commun diffusé à l'issue d'un entretien téléphonique entre François Hollande et David Cameron. M. Hollande a également discuté avec son homologue américain Barack Obama.

    Les Etats-Unis et l'Union européenne vont prêter 1 milliard chacun aux autorités de Kiev, en euros pour l'UE, en dollars pour Washington. Londres se dit prêt à de nouvelles sanctions contre des responsables russes. L'Allemagne, elle, dénonce les nombreux signes de soutien de Moscou aux insurgés. Alors que les ministres des Affaires étrangères des Vingt-Huit se réunissaient à Luxembourg à la mi-journée, le chef de la diplomatie belge Didier Reynders a appelé à une « désescalade » dans l'Est ukrainien.

    Le message est surtout à l'égard de Moscou : revenir au calme et ne pas vivre le scénario qu'on a vécu en Crimée (...) Il faut continuer à augmenter la pression. Et s'il le faut en augmentant les sanctions...

    Le chef de la diplomatie belge, Didier Reynders 14/04/2014 - par Pierre Benazet Écouter

    Derrière l'unité de façade, comme l'explique notre envoyé spécial Pierre Bénazet qui était ce lundi à Luxembourg pour la réunion des Vingt-Huit, « trouver une position commune sur l'Ukraine représente toujours un casse-tête pour les Européens ». Des débats du jour à Luxembourg, il ressort néanmoins que les ministres des Affaires étrangères de l'Union privilégieront jusqu'au bout la voie diplomatique.

    La réunion euro-américano-russe de Genève, avec les Ukrainiens, est au centre de toutes les préoccupations. D'ici sa tenue jeudi, les Européens font tout pour éviter de donner à la Russie un prétexte pouvant l'amener à annuler la venue de M. Lavrov, voire à favoriser l'intensification des troubles en Ukraine. Sur ce dernier point, les Vingt-Huit affirment clairement que la Russie a une part de responsabilité. Certains vont même jusqu'à dire que, comme en Crimée, des militaires russes se trouveraient déjà en Ukraine.

    En cas de résultat négatif à Genève, la possibilité d'un sommet européen extraordinaire a été évoquée, en particulier par Laurent Fabius. Il pourrait avoir lieu la semaine prochaine. Il serait alors question de lancer une « phase 3 » des sanctions pour frapper plus durement la Russie. d'ores et déjà, l'Union pourrait annoncer dans les jours à venir les noms inclus dans une liste élargie de personnes sanctionnées par un gel de leurs avoirs ou une interdiction de visa. Pour l'heure, la liste non-élargie comprend déjà 33 noms de personnalités, dont des proches du président Poutine.

    → À (RE)LIRE : Des photos de troupes russes aux portes de l’Ukraine

    Réunion à Luxembourg des 28 ministres européens des Affaires étrangères, le 14 avril 2014. AFP PHOTO/ GEORGES GOBET


    ANALYSE : Pourquoi l'Ukraine choisit-elle de hausser le ton maintenant ?

    Pour Mathieu Boulègue, chercheur à l'Institut Prospective et Sécurité en Europe (IPSE), la menace russe est « ce que le président par intérim Olexandre Tourtchinov a appelé la seconde vague de déstabilisation ».

    Mathieu Boulègue, chercheur à l'Institut Prospective et Sécurité en Europe (IPSE) 14/04/2014 - par Anne Verdaguer Écouter

    Mathieu Boulègue : « Autant la question de la Crimée a été relativement unanime - on n’a pas voulu se lancer dans une opération contre la Russie -, autant là, l’implication de Moscou étant relativement plus floue, on ne sait pas exactement quelle est la part de vrai ou de faux là-dedans. Les autorités de Kiev montrent à Moscou qu’elles ne vont sûrement pas se laisser faire à l’approche de l’élection présidentielle, et ne surtout pas laisser encore une partie du territoire ukrainien sous contrôle de la Russie. »

    S'il lui parait peu probable que les Etats-Unis et la Russie se lancent dans un conflit et sacrifient leurs relations pour l’Ukraine, le chercheur considère que « Moscou va continuer à faire pression jusqu’à l’élection présidentielle pour essayer d’obtenir des concessions ».

    Ecouter sur rfi

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.