GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Aujourd'hui
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Record battu pour un tableau de Nicolas de Staël, adjugé 20 millions d'euros à Paris (Christie's)
    • La Turquie va mettre fin à son offensive en Syrie après un retrait des forces kurdes, annonce Mike Pence
    • L'invitation de Trump à Erdogan suspendue aux discussions en cours à Ankara (Maison Blanche)
    Europe

    Déroute de l'armée ukrainienne dans l'Est du pays

    media Un soldat ukrainien neutralise son arme à la demande d'un milicien pro-russe à Kramatorsk dans l'est de l'Ukraine, le 16 avril 2014. REUTERS/Marko Djurica

    Le gouvernement ukrainien a essuyé hier, mercredi 16 avril, une série d'échecs dans l'Est, où les militaires sont censés mener une opération antiterroriste contre les insurgés pro-russes qui occupent de nombreux bâtiments gouvernementaux et se sont emparés de postes de polices et de leurs armes.

    à (re)lire : Les enjeux de la réunion quadripartite de Genève qui s'ouvre ce jeudi

    ► A la sortie de Kramatorsk, de part et d'autre d'une voie ferrée, une quinzaine de tanks sont immobilisés et entourés par la population locale pro-russe mercredi. Les soldats portent l'insigne de l'armée ukrainienne et sont assis calmement sur les blindés. « Ils ont envoyé des tanks dans notre village pacifique ! Nous sommes tous venus et nous avons vu la scène. Il y en avait environ 30 ! Nous avons réussi à en bloquer une partie, en faisant office de boucliers humains » explique Antonina, habitante du coin, venue soutenir les manifestants à notre envoyé spécial Damien Simonart.

    Au fur et à mesure de la journée, le dialogue s'est installé entre les soldats et les habitants. « Pourquoi faites-vous cela ? » demande l'un d'entre eux. « Parce que si je ne le fais pas je risque cinq ans de prison » lui répond le soldat. Le lieutenant Sergei Mychka obéit aux ordres mais il sait garder son sang froid. « On ne tirera pas sur des gens, c'est sûr ! On ne tirera pas sur des Ukrainiens. Je ne vais pas rentrer dans toutes les subtilités du code militaire. On a des règles très précises. Dans certains cas, on peut utiliser nos armes mais personne n'a l'intention de tirer sur les gens. »

    En fin de journée, les négociations finalement aboutissent. Les soldats acceptent de rendre le percuteur de leurs fusils pour s'auto-neutraliser. Sous les applaudissements de la foule, les tanks quittent un à un la zone, sous les yeux de soldats en uniforme sans signes distinctifs qui pourraient provenir de Russie.

    ► A une vingtaine de kilomètres de là, à Slaviansk, des centaines d'habitants ont accueilli en triomphe six blindés, rapportent nos envoyés spéciaux Anastasia Becchio et Boris Vichith. Ils ont été abandonnés par des militaires ukrainiens et de mystérieux soldats venus renforcer le camp pro-russe. « Lui c’est un gentil soldat » dit une jeune femme poussant son garçonnet blond dans les bras d’un milicien pour une photo souvenir. L’enfant se laisse faire, mais semble impressionné par l’attirail du grand gaillard : cagoule noire, Kalachnikov en bandoulière et lance-roquettes dans le dos.

    L’équipement et l’uniforme vert, sans signes distinctifs, est le même que celui porté par les miliciens pro-russes de Crimée. « Vous êtes des héros ! » Des centaines d'habitants de Slaviansk viennent féliciter ces mystérieux hommes verts armés et photographier ces blindés abandonnés un peu plus tôt par les soldats ukrainiens, sur lesquels ont été plantés des drapeaux russes. « Quand on a entendu le bruit des chars, on a d'abord eu peur... mais quand on a vu le drapeau russe, on a été soulagés, explique Natalya. Parce qu'on sent que ces gens sont plus proches de nous que les militaires ukrainiens... ces gens là ne nous veulent pas de mal, alors que les autres, on en a peur ». « Les autres », pour Natalya, c'est l'armée ukrainienne et le gouvernement de Kiev, qui refuse toujours d'idée d'un référendum d'autodétermination demandé par la région du Donbass, qui semble de plus en plus lui échapper.

    Les miliciens pro-russes, décorés des rubans noir et orange de Saint-Georges, accueillis par les habitants de Slaviansk le 16 avril 2014.

    L'OTAN et la France ont haussé le ton vis à vis de la Russie, et ont annoncé le renforcement de leur dispositifs défensifs dans l'Est de l'Europe à l’issue d’une réunion mercredi à Bruxelles.

    L’Otan va multiplier les patrouilles aériennes au-dessus des pays baltes, déployer des navires en mer Baltique et en Méditerranée orientale, et renforcer les entraînements et les exercices avec les pays membres. L'objectif est rassurer les pays de l’Est de l’Europe, membres de l’Alliance, au premier rang desquels la Pologne et la Roumanie.

    Dans les pays baltes, l’armée américaine a envoyé dès le mois dernier une escadrille d’avions de combat F15 sur la base de Šiauliai en Lituanie. Ni l’Estonie, ni la Lettonie, ni la Lituanie ne possèdent pas d’avions de chasse. Ce sont donc les membres de l’Otan qui à tour de rôle, assurent la sécurisation de l’espace aérien de ces trois pays.

    La France, qui a déjà rempli ces missions par le passé, a proposé d’envoyer quatre avions de combat, mais veut que ses chasseurs, rafales ou mirages soient basés en Pologne. La base de Malbork au sud de Gdansk est à l’étude.

    Le ministre français de la Défense a indiqué mercredi soir que les avions français rejoindraient la Pologne dès la fin du mois. A ce stade, l’Otan reste sur une ligne purement défensive. « Ce que nous voulons c’est la paix et la sécurité en Europe », a assuré le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.