GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Dimanche 22 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 24 Octobre
Mercredi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Le Parlement turc adopte une loi controversée sur le renseignement

    media Les opposants dénoncent une prise de contrôle des services de renseignement par le Premier ministre Tayyip Erdogan. REUTERS/Umit Bektas

    C’est une nouvelle loi très controversée qu’ont adopté ce jeudi les députés du Parti de la justice et du développement (PJD), au pouvoir en Turquie. Un arsenal qui décuple les pouvoirs de l’Agence nationale de renseignements (MIT). Son examen a d’ailleurs donné lieu à des empoignades musclées entre partisans et opposants qui estiment qu’elle servira à renforcer et protéger le pouvoir du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, déstabilisé depuis plusieurs mois par des affaires de corruption.

    Avec notre correspondant à Istanbul, Jérôme Bastion

    Pour l’opposition, qui a déjà saisi la Cour constitutionnelle, cette loi contrevient en plusieurs points au respect des libertés individuelles inscrit dans la Constitution, notamment celui d’être informé. L’un des aspects les plus critiquables et critiqués de cette loi en quinze articles touche en effet au travail des journalistes, puisque les services de renseignements pourront désormais librement enquêter pour identifier les sources utilisées dans leurs reportages.

    Ces journalistes pourront être punis d’une peine allant jusqu'à dix ans de prison en cas de publication de documents jugés « sensibles » par le MIT. Ses détracteurs contestent également que l’agence nationale de renseignements puisse mener des opérations, forcément secrètes, hors du territoire turc, sur simple ordre du Premier ministre.

    Dire que les activités du MIT échapperont à tout contrôle du Parlement serait exagéré, puisqu’une commission parlementaire pourra enquêter sur son travail, mais uniquement à huis clos.

    Dire encore que ses membres, comme son patron, convoqué devant la Justice après le scandale de corruption révélé le 17 décembre, seront intouchables serait également abusif, mais seul le Premier ministre pourra décider de lever leur immunité quasi-illimitée.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.