GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Novembre
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Quatre banques ukrainiennes interdites en Crimée

    media Les Criméens font la queue devant une agence de la banque russe Sberbank à Sébastopol, le 24 mars 2014. REUTERS/Vasily Fedosenko

    Des banques ukrainiennes viennent d'être interdites en Crimée par la Banque centrale de Russie. Il s'agit d'une étape de plus dans la ségrégation entre les deux pays après le rattachement de la péninsule à la Fédération russe.

    L'interdiction frappe quatre banques ukrainiennes : la PrivatBank, première banque d'Ukraine en termes d'actifs, la Vseukrainsky Aktsionerny Bank, la banque Kyivska Rus et l'Imexbank. La Banque centrale de Russie explique que, selon elle, ces établissements n'ont pas honoré leurs obligations vis-à-vis de leurs créanciers. Depuis un mois, en effet, les banques limitent les retraits à leurs clients en raison de problèmes de transport de fonds. Par ailleurs, elles ont l'obligation de s'enregistrer en Russie en tant que banques étrangères. La présente interdiction est donc une étape de plus dans la ségrégation entre l'Ukraine et la Russie.

    Auparavant, il y avait déjà eu la nationalisation des établissements criméens, et le passage au rouble, la monnaie russe, dans la péninsule. Rappelons que l'une des banques aujourd'hui interdites, la PrivatBank, contrôlée par l'oligarque ukrainien Igor Kolomoïski, avait été la première à fermer ses agences et cesser toute opération sur les comptes dès le lendemain du référendum en Crimée. La banque justifiait alors sa décision par l'incertitude concernant le statut juridique du système bancaire de la péninsule. En Crimée, la PrivatBank perd 800 000 clients individuels et 12 000 entreprises.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.