GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Deso Dogg, rappeur allemand converti au jihad, est mort en Syrie

    media Deso Dogg dans une vidéo propagandaire. Capture d'écran

    Les combats se poursuivent entre groupes rebelles syriens. On a appris aujourd'hui qu'ils ont coûté la vie à Denis Mamadou Cuspert, alias Deso Dogg, un ancien rappeur allemand qui avait rejoint les rangs de l'EIIL, l'Etat islamique en Irak et au Levant. Il a été tué dans un double attentat suicide du Front al-Nosra, dimanche dans l'est de la Syrie.

    Avec notre correspondant à Berlin,  Pascal Thibaut

    L’ancien rappeur Denis Mamadou Cuspert est originaire de Berlin. Après de nombreux ennuis avec la justice dans sa jeunesse, il avait commencé une carrière musicale sous le nom de Deso Dogg. Carrière à laquelle il avait ensuite mis fin en 2010 pour s’engager aux côtés des salafistes en Allemagne. A l'époque, les appels à la guerre sainte de celui qui se fait appeler Abu Talha al-Almani, « l’Allemand », lui valent de nouveaux ennuis avec la justice de son pays.

    Il disparait finalement à l’étranger. C'était il y a deux ans, avant de réapparaître en Syrie d’où il menace l’Allemagne d’attentats. Engagé au sein du mouvement ultra-radical de l'Etat islamique d’Irak et du Levant, il est mort lors d’un double attentat suicide mené par les rivaux du front al-Nosra proches d’al-Qaïda.

    Cuspert faisait partie de ces 340 jihadistes qui, d'après les autorités allemandes, se sont rendus en Syrie pour y combattre. Un chiffre supérieur à celui de ceux partis dans le passé pour l’Afghanistan ou le Pakistan. La plupart sont jeunes. Une vingtaine d'entre eux, souvent inexpérimentés (dont des femmes), ont trouvé la mort sur place. Les autorités allemandes s’inquiètent également du danger constitué par ceux qui sont revenus, une vingtaine également, et qui pourraient perpétrer des attentats.

    → À (RE)LIRE : Filières jihadistes, le gouvernement français passe à l’offensive

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.