GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 22 Septembre
Vendredi 23 Septembre
Samedi 24 Septembre
Dimanche 25 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Ukraine: des forces françaises se déploient à Malbork, en Pologne

    media Les premiers chasseurs Rafale français sont attendus lundi 28 avril 2014 dans la base de Malbork, dans le nord de la Pologne. Reuters/Pascal Rossignol

    La France a répondu présente à l'appel de l'Otan pour renforcer la présence occidentale dans les pays de l'est de l'Europe membres de l'Alliance. Elle a ainsi accordé le déploiement de chasseurs et d'une centaine d'hommes à Malbork, dans le nord de la Pologne. L'armée de l'air française va participer à l'entraînement des aviateurs polonais et assurera à la demande de l'Otan des missions de police du ciel au-dessus de la mer Baltique. Les Français viennent de découvrir la base aérienne sur laquelle ils vont travailler durant quatre mois. Les premiers chasseurs Rafale arriveront ce lundi.

    Avec notre envoyé spécial à Malbork,

    Le déploiement s’est fait en quelques jours seulement : un vol d’Airbus, deux rotations d’avions-cargos C130. Hier, samedi après-midi, des containers de missiles air-air (MICA) étaient soigneusement déchargés. Toute la logistique tient dans un coin du hangar. Les militaires français ont pris le strict minimum et les Polonais ont prêté leur matériel.

    « On emporte juste ce qui est nécessaire pour accueillir déjà les avions, explique le commandant Pierre Lou, le chef technique Rafale. Et voilà, ils nous proposent un tracteur de piste, le courant alternatif pour l'avion. Ils nous proposent quand même un certain nombre de choses qui nous évitent d'avoir à emporter du gros matériel. On est venus il y a quinze jours, le hangar était très bien. On leur avait juste demandé de passer un coup de balai dans certains coins. Finalement ils l'ont repeint, ils l'ont complètement nettoyé, c'est extraordinaire ».

    Les aviateurs français doivent rester quatre mois à Malbork. Dès mardi prochain, ils s’entraîneront avec les pilotes des MiG polonais. Mais les Français pourront aussi participer à des missions de police du ciel au-dessus de la mer Baltique à la demande l’Otan. « On est à une centaine de kilomètres de Kaliningrad et on est à environ 200 kilomètres des premiers Etats baltes, précise le chef du détachement, le lieutenant-colonel Yann Malard. On est actuellement une soixantaine, on va encore avoir un peu plus de personnel qui va arriver très prochainement ».

    Tout doit être prêt. Les Rafale arrivent demain lundi. Et il reste encore à installer un réseau informatique sur la partie de la base qui a été attribuée aux Français.

    La base de Malbork

    La base réservée aux Français est un ruban gris posé au milieu d’une immense plaine jaune et verte. Ils sont accueillis au sein de la 22e base aérienne tactique de l’armée de l’air polonaise. Une base de MiG-29, ancien avion standard du pacte de Varsovie aujourd’hui équipé de systèmes de communications occidentaux. Même chose pour les infrastructures totalement rénovées ces dix dernières années.

    Les Français vont évoluer dans un univers « otanien » qu’ils connaissent bien et les Polonais font tout pour leur simplifier la tâche, comme l’explique le lieutenant Florian, chef du détachement chargé de la protection : « C'est des gens qui sont prêts à tout donner pour nous mettre à l'aise, ils sont prêts à se plier en quatre ».

    Un accueil chaleureux salué par tout le monde, mais Malbork n’a pas échappé à la mode de l’externalisation des tâches en vigueur dans toutes les armées européennes. « La sécurité est sous-traitée par une société civile, explique le lieutenant Florian. On est dans un pays allié. Maintenant, ce n'est pas la France, donc on a des systèmes sensibles français à protéger. C'est de la lutte contre l'espionnage. On est en permanence en train de protéger ces systèmes-là ».

    Ce dimanche, aucun commando de l’air français n’était visible armé dans l’enceinte de la base, mais deux chiens policiers montent la garde près du futur hangar destiné aux Rafale.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.