GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Pétrolier «confisqué»: Washington dénonce la «surenchère de la violence» de l'Iran
    • Iran: les Gardiens de la révolution disent avoir «confisqué» un tanker britannique
    • Tensions entre Séoul et Tokyo: Trump se dit prêt à aider
    • Drone iranien: «Aucun doute, nous l'avons abattu» (Trump)
    • Tour de France 2019: Alaphilippe remporte le contre-la-montre et conforte son maillot jaune
    • Kosovo: le Premier ministre, accusé de crimes de guerre, annonce sa démission
    Europe

    Moscou appelle Washington à influer sur Kiev

    media Un soldat ukrainien près de Sloviansk en Ukraine ce 3 mai 2014, où les séparatistes pro-russes ont relâché sept observateurs militaires européens. REUTERS/Baz Ratner

    Sloviansk et la ville voisine de Kramatorsk font depuis vendredi matin l'objet d'une «opération antiterroriste» de la part de l'armée ukrainienne, qui resserre peu à peu son étau sur les deux villes. Les observateurs de l'OSCE retenus par des rebelles séparatistes à Sloviansk ont été libérés ce samedi, tandis que les Occidentaux et la Russie continuent de s'accuser mutuellement de la dégradation de la situation en Ukraine.

    Avec notre correspondante à Moscou, Veronika Dorman

    Pour Moscou, toutes les opérations des autorités de Kiev sont menées de concert, voire sous l’égide de Washington. Le ministre des Affaires étrangères russe, Sergueï Lavrov, a exigé, lors d'une conversation téléphonique avec son homologue américain John Kerry, que les Etats-Unis « usent de toute leur influence pour obliger le régime de Kiev sous leur coupe, qui a déclaré la guerre à son propre peuple, à cesser immédiatement ses opérations militaires dans les régions du Sud-Est ». Moscou se dit indigné du soutien que les Occidentaux apportent à Kiev, et les accuse d’être complices du crime commis par les extrémistes nationalistes à Odessa.

    → A (re) lire: Ukraine: Kiev poursuit son offensive

    Dans le même temps, le Kremlin a déclaré n’avoir quant à lui plus aucune influence sur les milices armées pro-russes dans le sud-est de l’Ukraine. Comme l’a expliqué le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, la Russie ne peut plus convaincre les insurgés à se désarmer, face à la menace directe pesant sur leur vie. Ce n’est pas la première fois que la Russie se dédouane de la sorte, en considérant que les Occidentaux doivent assumer et régler sans son aide la situation chaotique qui règne en Ukraine.


    ►Décryptage

    L’Europe sceptique... même après la libération des membres de l'OSCE

    Après une semaine de tentatives infructueuses, l’Allemagne a durci le ton par rapport à Moscou. En visite à Washington, la chancelière Angela Merkel ne s’est non seulement pas distancée de Barack Obama à propos de possibles nouvelles sanctions contre la Russie, mais elle a renchéri en soulignant que l’Europe avait déjà préparé une telle étape et était prête à la mettre en œuvre.

    L’hypothèse optimiste est que Moscou a compris que son plus important partenaire en Europe était vraiment agacé et qu’il valait mieux faire un geste pour l’amadouer. Mais il y a aussi une hypothèse pessimiste. La Russie s’est peut-être rendue compte que la présence des otages à l’est de l’Ukraine rendait toute opération militaire d’envergure dans la région très risquée politiquement.

    En effet, si les observateurs de l’OSCE avaient été tués pendant les combats, les ponts entre la Russie et l’Allemagne auraient risqué d’être définitivement rompus. Avec leur libération, Moscou a levé un important obstacle qui l’empêchait d’agir sur le terrain comme elle l’entendait. Mais après cette libération, le porte-parole de la mission spéciale de surveillance de l’OSCE, le Canadien Michael Bociurkiw, a souligné que malgré cette affaire l’OSCE n’avait aucune intention de se retirer de l’Ukraine, bien au contraire.

    « Nous nous installons ici pour longtemps, a-t-il déclaré. Non seulement nous avons besoin d’une présence permanente pour mener de sérieux projets, mais il y a aussi trois missions spécifiques en cours. Il s’agit d’une mission d’observation militaire, d’une mission spéciale de surveillance, ainsi que d’une mission d’observation des élections vraiment importante, qui comptera presque deux mille observateurs. Quant à notre mission spéciale de surveillance, nous avons un mandat de six mois, renouvelable une fois. Le nombre des observateurs est en train d’augmenter jusqu’à 500. Dans le contexte des événements des dernières 48 heures et de l’escalade que nous constatons, nos militaires jouent un très grand rôle en tant qu’informateurs de nos pays membres sur ce qui se passe sur le terrain. Il s’agit d’un environnement vraiment plein de défis ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.