GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 17 Mai
Samedi 18 Mai
Dimanche 19 Mai
Lundi 20 Mai
Aujourd'hui
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Derniers préparatifs pour les référendums dans l'est de l'Ukraine

    media Le maire séparatiste et auto-proclamé de Sloviansk, Viatcheslav Ponomarev, brandit un bulletin de vote pour le référendum du 11 mai. A Slaviansk, le 10 mai 2014. REUTERS/Baz Ratner

    Dans l’est de l’Ukraine, des militants pro-russes s’affèrent pour que les référendums d’auto-détermination, condamnés par les Européens, puissent avoir lieu demain, dimanche 11 mai. Ils affirment que toutes les conditions seront réunies pour que les scrutins se déroulent dans de bonnes conditions.

    A Sloviansk, ville de 110 000 habitants de l’Est ukrainien, les séparatistes n’ont aucun doute quant à l’issue des résultats du référendum régionale de dimanche. Le maire auto-proclamé Viatcheslav Ponomarev s’attend d'ailleurs à une « participation de 100% ».

    « Il peut y avoir des voix contre », celles des « bourgeois », mais « sitôt après le référendum, la "République populaire de Donetsk" commencera à fonctionner », a déclaré Viatcheslav Ponomarev, ce samedi. Il a ajouté que si les habitants de sa région le décidaient, cette nouvelle « République » rejoindrait la Russie.

    A Donetsk, plus au sud, tout est prêt, ont aussi aussuré les insurgés à l'envoyé spécial de RFI sur place, Daniel Vallot. « Il y a quelques détails à régler mais comme on dit chez nous, ce sont "les finitions". Regardez, il y a les isoloirs, les tables pour les accesseurs, c’est comme pour n’importe quelle élection », se réjouit Sergueï, vêtu d'un treillis militaire et arborant un barbe de trois jours.

    Un séparatiste prépare les bulletins en vue du référendum, à Donetsk, le 8 mai 2014. REUTERS/Marko Djurica

    Pour les pro-Russes, le référendum de dimanche sera une élection comme les autres. Pourtant faute de volontaires et de temps, un grand nombre de bureaux de vote vont rester fermés dimanche.

    Dans un quartier du centre-ville où a pu se rendre notre envoyé spécial, certains ne savent toujours pas où ils sont censés se rendre pour aller voter. « Peut-être que ce sera là, s’interroge un habitant. Je vais aller vérifier. Mais je ne suis pas vraiment sûr. Eux [les séparatistes pro-russes], ils disent que c’est bien organisé mais je suis sûr qu’ils vont truquer les résultats, donc ça n’a pas vraiment d’importance. Pas d’observateurs, des hommes armés avec des mitraillettes. Ce n’est pas une élection. »

    Dans ce quartier du centre-ville, les habitants qui pensent aller voter dimanche sont tous favorables à l’indépendance. Les autres, les partisans de l’unité de l’Ukraine, resteront chez eux. Pas question, disent-ils, de participer à un scrutin organisé de A jusqu’à Z par le camp adverse.

    Un sondage en faveur de l'unité ukrainienne

    C'est dans un contexte de division extrême du pays qu'un sondage vient de paraître. Selon une étude réalisée par l'institut américain Pew, les Ukrainiens seraient majoritairement pour l'unité de leur pays. 

    Les entretiens de visu ont été réalisés dans toute l'Ukraine en avril dernier, après l'annexion de la Crimée. Il ressort que sur les 1 659 Ukrainiens interrogés, 77 % pensent que l'Ukraine doit rester unie. L'avis est partagé à l'Ouest bien sûr mais aussi à l'Est où 70 % pensent que le pays doit rester uni.

    Les divisions concernent les particularismes : 66% des Ukrainiens de l'Ouest trouvent inutile de faire du russe une langue officielle. Alors qu'à l'Est, ils sont 73 % à vouloir que russe et ukrainien soient langues officielles.

    Globalement, l'action occidentale en Ukraine n'inspire pas confiance. Mais surprise, dans l'est du pays - Crimée mise à part - la Russie ne fait pas non plus l'unanimité, 41 % seulement jugent bonne l'influence russe.

    Craintes franco-allemandes

    Ce samedi, à la veille des référendums, et au lendemain de venue de Vladimir Poutine en Crimée, Paris et Berlin ont durci le ton à l’égard de la Russie. Le président français François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel ont menacé Moscou de « conséquences » si l’élection présidentielle ukrainienne, prévu pour le 25 mai prochain, ne pouvait se tenir. Ils ont aussi appelé le Kremlin à cesser les manœuvres militaires à la frontière ukrainienne.

    Les deux dirigeants européens se sont voulu tout aussi fermes concernant les scrutins de ce dimanche. « Les référendums planifiés dans plusieurs villes à l'est de l'Ukraine sont illégaux », ont-ils affirmé.

    → A (RE) LIRE : A peine libérée, la mairie de Marioupol reprise par les pro-russes

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.