GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Décembre
Samedi 9 Décembre
Dimanche 10 Décembre
Lundi 11 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Maternité et travail: un défi pour 830 millions de femmes

    media Formation hygiène et santé pour des jeunes mères en Ethiopie. 40% des mères dans le monde donnent toujours naissance sans assistance Aklilu Kassaye/World Vision

    Depuis vingt ans, l’Organisation internationale du travail collecte des données et compare les législations de 185 pays en matière de protection de la maternité comme de la paternité au travail. Malgré des avancées certaines, 830 millions de travailleuses sont toujours exclues de toute couverture ; 80% d’entre elles vivent en Afrique et en Asie.

    La première convention de l’Organisation internationale du Travail (OIT) portant sur la protection de la maternité date de 1919 et la dernière de l’an 2000. En presque un siècle, soixante-six pays ont ratifié au moins l’une des trois conventions prévoyant des mesures de protection pour les femmes enceintes ou ayant récemment accouché. Notamment en ce qui concerne la prévention de l’exposition à des risques pour leur santé et de leur sécurité durant et après la grossesse, le droit à un congé de maternité, à des soins de santé maternelle et infantile et à des pauses d’allaitement rémunérées, la protection contre la discrimination et le licenciement fondés sur la maternité, ainsi que le droit garanti de reprendre le travail après un congé de maternité. 

    Le congé paternité gagne du terrain
     
    Plus récemment, plusieurs pays ont mis en place des dispositifs destinés à soutenir les travailleurs ayant des responsabilités familiales, et notamment les pères. Sur les 167 pays étudiés dans son dernier rapport, l’OIT révèle que 78 disposent d’un droit légal au congé de paternité qui est rémunéré dans 70 d’entre eux. Toutes ces évolutions sociales ne sont cependant ni universelles, ni, quand elles existent dans les textes, toujours appliquées. L’OIT vient ainsi d’évaluer à 830 millions, soit près de 70% du total, le nombre de travailleuses dans le monde qui ne bénéficient pas d’une législation protectrice pour les appuyer lors de leur maternité. Ce sont la plupart du temps des travailleuses agricoles, des migrantes, des domestiques, des employées occasionnelles ou temporaires.
     
    Cette large majorité de travailleuses pas ou mal protégées vit principalement en Afrique et en Asie. Dans de nombreux pays de ces deux continents, la protection sociale est quasi-inexistante. On s’en remet donc aux seuls employeurs pour financer les éventuelles prestations liées à la maternité avec des obligations hasardeuses, le travail informel étant souvent la règle. L’OIT souligne que c’est d’ailleurs dans ces régions que les taux de mortalité maternelle et infantile sont toujours très élevés.
     
    Certaines catégories de travailleuses sont explicitement exclues d’un congé maternité rémunéré. Il s’agit notamment des travailleuses domestiques qui sont ainsi 15,6 millions à être tenues à l’écart de toute protection liée à la maternité. Mais l’Organisation a aussi recensé 27 pays qui écartent nommément les travailleuses agricoles. C’est notamment le cas du Sénégal où l’OIT a enquêté dans deux zones rurales où 26% des agricultrices travaillent jusqu’à l’accouchement : c’est aussi le cas, souligne-t-elle, dans des pays asiatiques comme le Népal.
     
    Une minorité protégée
     
    À peine un peu moins de 30% des travailleuses dans le monde bénéficient de prestations en espèces lors de l’accouchement. Moins de 10% d’entre elles résident en Afrique et en Asie. Mais il serait faux de croire que seuls les pays en développement ont de telles pratiques. Le Japon ne verse pas de prestations sociales liées à la maternité aux travailleuses à temps partiel pas plus que le Canada aux travailleuses occasionnelles.
     
    A l’opposé, 74 pays prévoient pour protéger la maternité des prestations en espèces correspondant au moins aux deux tiers des revenus pendant au moins 14 semaines, soit une hausse de 3% depuis la précédente étude de l’OIT menée en 2010. Parmi ces pays, 61 garantissent un montant équivalant à 100% des gains antérieurs pendant au moins 14 semaines. Des avancées ont eu lieu a pu constater l’Organisation comme au Brésil où des femmes à la tête de micro-entreprises individuelles peuvent maintenant s’affilier à peu de frais à la sécurité sociale et bénéficier comme toute salariée des droits liés à la maternité. Elles ont été depuis 2010, trois millions à entrer dans le système de protection.
     
    Du plus et du moins
     
    Contre toute attente, insiste l’OIT, la crise économique n'a pas affaibli le soutien aux familles dans plusieurs pays. Au contraire, des pays comme l'Allemagne, l'Australie, la France, la Norvège, la Pologne et la Slovaquie ont pris des mesures anticycliques, qu'il s'agisse de l'accès aux crèches, de crédits d'impôt, de l'augmentation de la durée et du niveau des prestations de maternité. La Chine a étendu le congé de maternité de 90 à 98 jours en 2011, le Chili a prolongé la durée du congé postnatal pour les femmes en le portant de 18 à 30 semaines. En 2013, l'Australie a introduit un congé de paternité payé de 14 jours et la durée du congé de paternité est passée de 12 à 14 semaines en Norvège depuis juillet 2013.
     
    Cette note positive ne doit pas occulter, ajoute l’OIT, que « partout dans le monde, la discrimination au regard de la maternité persiste et que, dans bien des cas, elle est exacerbée par la crise économique ». Ainsi, l'Estonie et la Lituanie ont réduit la durée du congé de maternité et de paternité ou diminué les prestations. En Grèce, en Lettonie et en Roumanie, le niveau des prestations de maternité a diminué à la suite des mesures de consolidation budgétaire.

    Pourcentage des travailleuses contribuant à un système de prestations en espèces liées à la maternité ou protégées autrement contre la perte de revenus pendant la maternité, 2010 (117 pays).
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.