GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Juillet
Vendredi 13 Juillet
Samedi 14 Juillet
Dimanche 15 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 17 Juillet
Mercredi 18 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Turquie: un conseiller du Premier ministre frappe un manifestant

    media Un manifestant contre la visite du Premier ministre Erdogan à Soma est roué de coups par Yusuf Yerkel (g), conseiller du Premier ministre, tandis que la police le maintient au sol. REUTERS/Mehmet Emin Al

    La colère gronde toujours en Turquie, où ce jeudi des manifestations antigouvernementales ont encore été violemment réprimées, notamment à Izmir, à Ankara et à Istanbul. Une colère qui se manifeste aussi sur Internet et sur les réseaux sociaux, après la diffusion d'images gênantes pour l'exécutif turc.

    Avec notre correspondant à Istanbul, Alexandre Billette

    C'est une photo qui a fait le tour des réseaux sociaux turcs. On y voit un homme en cravate s'élancer pour frapper du pied un manifestant maintenu au sol par deux policiers. La scène a eu lieu tout près de la mine de Soma, et l'homme à la cravate est l'un des proches conseillers du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan.

    Quelques heures plus tard, c'est une vidéo filmée par téléphone qui enflammait le web. Sur celle-ci, le Premier ministre en personne prendrait un manifestant par le cou. C'était encore à Soma, lorsque Recep Erdogan était chahuté par une foule en colère.

    Deux images qui amplifient une impression : celle d'un exécutif qui s'est montré sans empathie pour les victimes du drame de Soma, en évoquant, comme le Premier ministre, un « accident inévitable comme les grandes catastrophes minières en Angleterre au XIXe siècle ». Celle aussi, d'un gouvernement qui ne sait pas, ou qui ne veut pas communiquer, depuis l'explosion dans la mine de Soma.


    Izmir, fer de lance de la contestation

    C'est dans la ville d'Izmir, dans l'ouest du pays, que les manifestations ont été les plus importantes et la répression la plus dure ; la police a tiré des gaz lacrymogènes pour disperser les 20 000 manifestants qui protestaient contre la négligence du gouvernement turc ayant conduit à la catastrophe minière. Malgré le deuil national de trois jours, des manifestations ont été organisées dans d'autres villes également et quatre syndicats ont décrété une journée de grève jeudi. Le président Abdullah Gül s'est rendu sur place à Soma et a évoqué une grande catastrophe. Il a assuré les habitants que l'Etat turc ferait de son mieux pour les aider.
    RFI

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.