GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 9 Décembre
Dimanche 10 Décembre
Lundi 11 Décembre
Mardi 12 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 14 Décembre
Vendredi 15 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Catastrophe de Soma: les recherches terminées, l'enquête commence

    media Vue aérienne de la mine de charbon de Soma, en Turquie, le 17 mai 2014. REUTERS/ Osman Orsal

    Cinq jours après le terrible accident dans la mine de Soma, le ministre de l’Energie Taner Yildiz a annoncé avoir mis fin aux recherches. Les corps des deux derniers mineurs ont été localisés. Le bilan de cette catastrophe, la plus meurtrière de l’histoire minière du pays, est ainsi officiellement arrêté à 301 victimes. La polémique, elle, n’est pas close car la colère continue de monter dans le pays.

    Avec notre correspondant à Istanbul, Jérôme Bastion

    Le ministre turc de l’Energie a annoncé « deux bonnes nouvelles : tout d’abord l’incendie dans le puits de la mine est désormais entièrement éteint, et ensuite les corps des deux derniers mineurs décédés ont été repérés ». Ils seraient d'ailleurs sur le point d’être récupérés pour être rendus à leurs familles. « Depuis le début, au total 485 de nos mineurs ont été secourus, et 301 autres - c’est le décompte final - ont perdu la vie. Que nous reste-t-il à faire ? Nos amis vont inspecter une nouvelle fois de fond en comble la mine, et nous pourrons ainsi confirmer à l’opinion publique le bilan définitif », indique Taner Yildiz.

    Le ministre a pourtant affirmé qu’il ne quitterait pas le site de la houillère Soma. Car, a-t-il expliqué, l’enquête judiciaire - ouverte dès les premières minutes après l’explosion mais jusque-là en attente de collecte des indices - ne fait que commencer.

    Incidents

    Ce qui est loin d’être terminé également, c’est l’expression de la colère populaire, dont le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan n’avait guère besoin, à quelques jours de l’anniversaire des manifestations monstres de Gezi. Que ce soit dans la ville de Soma et dans la région de la mine, ou que ce soit dans les grandes villes du pays, les incidents se multiplient et la police est sur les dents, car beaucoup tiennent M. Erdogan pour directement responsable de cette catastrophe sans précédent.

     → A (RE)LIRE: la catastrophe de Soma attise la tension sociale

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.