GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 7 Décembre
Vendredi 8 Décembre
Samedi 9 Décembre
Dimanche 10 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Turquie: cinq personnes écrouées suite au drame de la mine de Soma

    media La police a protégé le palais de justice de Soma, où 25 personnes ont été interrogées, dimanche 18 mai. REUTERS/Stringer

    Après le deuil : l'enquête. Ce dimanche 18 mai, la police turque a placé en garde à vue 25 personnes soupçonnées de négligence après l'incident de la mine de Soma, dont cinq - des dirigeants et les propriétaires de la mine - ont été écrouées par la suite. L'incendie et l'explosion ont coûté la vie à 301 mineurs. La police s'est déployée autour du palais de justice de Soma où les personnes interpellées étaient entendues.

    Avec notre correspondant à Istanbul, Jérôme Bastion

    Pour les procureurs chargés de l’instruction, il y a déjà une quasi certitude : ce n’est pas l’explosion accidentelle d’un transformateur électrique, comme avancé depuis le début, notamment par le ministre de l’Energie, qui est à l’origine de la catastrophe.

    Selon eux, il y avait des signes avant-coureurs très clairs d’un danger imminent, qu’évoquent souvent les mineurs dans leurs témoignages, et c’est pour cela que d’entrée de jeu les principaux dirigeants ont été interpellés, longuement interrogés. Cinq d’entre eux ont été écroués en qualité de suspects, et non de témoins. « Pourquoi n’avez-vous pas stoppé la production ? », leur a-t-on demandé, entre autres, lors de cette comparution, alors que depuis plusieurs semaines le lignite extrait sortait brûlant, montrant tous les signes du début d’une auto-combustion qui pouvait à tout moment s’avérer fatale, ce qu’elle est devenue.

    Pour une fois, la justice a agi vite et frappé fort, répondant à l’indignation qui parcourt le pays. Le ministère du Travail a également annoncé l’ouverture d’une enquête sur les missions effectuées par les inspecteurs qui ont donné un blanc-seing à l’activité de cette houillière. Dès mardi, le Parlement sera saisi d’une demande de l’opposition pour la constitution d’une commission d’enquête qui, contrairement à celle repoussée par les députés de l’AKP au pouvoir quinze jours avant l’accident, devrait cette fois être acceptée.

    Emotion et colère dans tout le pays

    Les opérations de secours avaient à peine pris fin samedi que, dès la fermeture des puits de la mine, vingt-huit procureurs entamaient déjà leur enquête de terrain. L’instruction avait en effet été ouverte dès les premières heures de l’accident, mardi.

    Contrairement au Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, qui évoquait la fatalité et le risque de mort intrinsèquement lié au métier de mineur, l’inspection du travail a en tous cas promis une enquête qui ira au bout et n’épargnera aucun possible responsable.

    Il faut dire que l’émotion est grande en Turquie. Il s’agit de la plus grave catastrophe minière de l’histoire du pays, et la colère s’exprime quotidiennement, que ce soit dans la région de la mine ou dans les rues des grandes villes comme Istanbul, Ankara ou Izmir.

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.