GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Accident de Fukushima: trois anciens dirigeants de Tepco acquittés par le tribunal
    • Polynésie: saisie de 5,5 kilos de méthamphétamine à l'aéroport de Tahiti (parquet de Papeete)
    • Afghanistan: dix morts lors d'un attentat à la voiture piégée dans le Sud (gouverneur)
    Europe

    Meurtre d’Anna Politkovskaia: cinq coupables et des zones d’ombres

    media Manifestation en hommage à Anna Politkovskaïa, en août 2007 à Moscou. Dima Korotayev/Epsilon/Getty Images

    En Russie, les cinq accusés du procès Politkovskaïa ont été déclarés hier, mardi 20 mai, coupables du meurtre de la journaliste par un tribunal moscovite. Anna Politkovskaïa a été assassinée en 2006. Son fils, cité par l’agence russe Interfax, a exprimé toute sa déception après ce verdict, verdict qui selon lui ne va pas assez loin.

    Avec notre correspondante à Moscou, Veronika Dorman

    Quatre organisateurs, un exécuteur : les cinq accusés ont été déclarés coupables, mais est-ce suffisant ?

    Selon les proches de la journaliste d’investigation Anna Politkovskaïa, assassinée en 2006, les hommes condamnés mardi 20 mai par le tribunal moscovite ne sont que des exécutants. Le commanditaire du crime, lui, court toujours et n’a même jamais été publiquement évoqué.

    La commission d’enquête assure aujourd’hui que toutes les mesures nécessaires sont prises pour l’identifier, mais les enfants de la journaliste n’y croient plus car l’affaire traîne en longueur depuis six ans.

    Funeste symbole

    L’assassinat d’Anna Politkovskaïa, dans le hall de son immeuble, est devenu l’un des funestes symboles du premier mandat de Vladimir Poutine. L’intrépide journaliste d’investigation s’était faite des ennemis puissants dans le Caucase, à Moscou, à cause de ses reportages sans concessions sur les exactions commises en Tchétchénie par les milices pro-Kremlin.

    Pour les défenseurs des droits de l’homme, son assassinat a été commandité au plus haut niveau, raison pour laquelle l’enquête risque de ne jamais aboutir.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.