GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Au Royaume-Uni, les anti-Européens menacent les partis traditionnels

    media Le Premier ministre David Cameron et le maire de Londres Boris Johnson attendent le train à Newark, après un déplacement de campagne dans cette ville du centre de l'Angleterre. REUTERS/Stefan Rousseau/Pool

    Les Britanniques votent ce jeudi pour les élections au Parlement européen. Le scrutin est couplé avec des élections locales dans près de 200 municipalités en Angleterre, Pays de Galles et Irlande du Nord. On s’attend à une faible participation et à une percée du petit parti europhobe Ukip, le Parti pour l’indépendance du Royaume-Uni, donné favori.

    Avec notre correpondante à Londres, Muriel Delcroix

    L'Ukip a dominé cette campagne électorale dans un pays largement eurosceptique et qui se désintéresse de ces élections. Le parti de Nigel Farage, qui était il y a encore quelques années considéré comme un parti marginal, est au coude à coude - à 27 % - avec le parti travailliste pour remporter ce scrutin en terme de votes. La coalition au pouvoir est, elle, en difficulté alors que les conservateurs sont donnés en troisième position à 23 %. Pire, les libéraux-démocrates sont donnés à 10 %, ce qui veut dire qu’ils pourraient perdre la totalité de leurs sièges au Parlement européen.

    Préoccupations nationales et vote protestataire

    Comme dans beaucoup d’autres pays, ce sont les préoccupations nationales qui ressurgissent et cette élection est perçue ici comme un sondage géant pour le scrutin général prévu l’an prochain en mai 2015. Grâce au vote à la proportionnelle, le vote protestataire s’exprime pleinement et devrait favoriser les petites formations, notamment l'Ukip, qui a mené une campagne agressive contre l’immigration et pour le retrait de l’Union européenne.

    Sa popularité ne se dément d'ailleurs pas, même après une série de scandales et de remarques racistes émanant de ses rangs. Les dirigeants des autres partis sont donc sur leurs gardes. Avec la perspective d’un référendum en 2017 sur la sortie ou non du pays de l’Union européenne, ils sont inquiets de cette vague d’euroscepticisme et ont hâte que ce scrutin soit derrière eux.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.