GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 23 Mai
Vendredi 24 Mai
Samedi 25 Mai
Dimanche 26 Mai
Aujourd'hui
Mardi 28 Mai
Mercredi 29 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Kadyrov confirme la présence de combattants tchétchènes en Ukraine

    media Manifestation de soutien à la République populaire de Donetsk, square Lénine, à Donetsk, samedi 31 mai 2014. REUTERS/Maxim Zmeyev

    Le président Kadyrov a confirmé ce samedi la présence de «combattants tchétchènes» dans l'est de l'Ukraine, où après les combats meurtriers du début de semaine à l'aéroport international de Donetsk, les heurts se multiplient entre rebelles et forces loyalistes. Deux équipes d'observateurs internationaux de l'OSCE restent portées disparues. Les enlèvements et disparitions sont devenus monnaie courante, également chez les séparatistes pro-russes. Au bout du compte, certains craquent et choisissent l'exil.

    Avec nos envoyés spéciaux à Donetsk

    Un homme et une femme tenant un enfant dans les bras s’approchent du bâtiment de l’administration régionale de Donetsk, aux mains des séparatistes pro-russes. « Nous cherchons son mari, on est sans nouvelles depuis deux semaines », annonce Artiom au milicien qui garde l’entrée, kalachnikov à la main.

    « Rien, personne ne sait rien. On a distribué sa photo un peu partout, on a fait les morgues, les hôpitaux, mais toujours rien », constate Artiom. L’homme porté disparu, Vlad, 40 ans, a été à la tête d'un groupe de miliciens séparatistes, qui a participé à la prise d’assaut de la mairie de Horlivka, le mois dernier. Il s'était enrôlé dans le bataillon Vostok, qui compte dans ses rangs des combattants tchétchènes. Selon ses amis, il aurait pu être victime d'un règlement de compte entre groupes séparatistes.

    « La République populaire de Donetsk, c'est un ramassis de personnes qui tentent de se donner un rôle important. On se retrouve avec 4-5 chéfaillons, qui ont chacun leur petite armée de 200-300 personnes, qui sont très bien équipées, et ces groupuscules ne se parlent pas, ne se comprennent pas, se font la guerre, c'est l'anarchie la plus totale et le chaos », juge Artiom. Il va continuer à chercher son ami, mais il ne se fait plus beaucoup d’illusions. « Je ne veux pas le dire devant son épouse, glisse-t-il, mais je pense qu’il est déjà trop tard ».

    «On va calfeutrer notre maison, puis on partira»

    Alors, dans un tel contexte, face aux violences qui semblent s'installer dans la durée et aux disparitions qui s'accumulent, certains choisissent l'exode.

    Le hall de la gare de Donetsk ne désemplit pas. Une dizaine de personnes patiente devant chacun des huit guichets ouverts. Maria vient de prendre des billets pour Moscou. Elle partira dans trois jours, avec son mari. « Quand les avions, les hélicoptères ont commencé à larguer des bombes, raconte-elle, que des habitants ont été tués, on s'est dit qu'il était trop dangereux de continuer à vivre ici. On a une maison, mais il est impossible de la vendre. On va faire en sorte de bien la fermer, de la calfeutrer, pour que personne ne puisse y pénétrer, et puis, on partira. »

    Deux grosses valises posées à ses pieds, un nourrisson dans les bras, Olya s’apprête à faire 18 heures de train pour gagner Moscou. Avec son mari, cette jeune femme de 24 ans, a pris la décision de tout quitter en début de semaine, lorsque les combats ont gagné les faubourgs de Donetsk : « Nous avons une petite fille de quatre mois et un garçon de trois ans. On a très peur pour eux, c'est pour ça qu'on part. Si là-bas, on arrive à bien s'installer, à avoir de bonnes conditions de vie, si mon mari parvient à trouver un emploi, alors on y restera. »

    En attendant, Olya, son mari et ses deux enfants partageront un deux-pièces avec la famille de sa cousine qui vit déjà dans la région de Moscou.

    «Nous, Tchétchènes, sommes les défenseurs de notre patrie»

    Le président de la Tchétchénie Ramzan Kadyrov a annoncé que 14 combattants tchétchènes se trouvaient aux côtés des insurgés pro-russes dans l'est de l'Ukraine, lors d'une interview samedi à une chaîne de télévision russe. « Des Tchétchènes combattent en Ukraine. Dans la presse ukrainienne, on dit qu'il y en a des centaines, mais tout ça c'est un mensonge. Selon nos informations, là-bas combattent volontairement 14 Tchétchènes, dont l'un a été tué et quatre ont été blessés », a révélé Ramzan Kadyrov à la chaîne de télévision russe Rossiya-1.

    « Nous ne pouvons pas envoyer des soldats là-bas, seul le commandant suprême peut prendre cette décision, le président Vladimir Poutine a cette prérogative », a-t-il précisé. « S'il donne cet ordre, nous allons l'exécuter avec satisfaction car nous, Tchétchènes, sommes les défenseurs de notre patrie », a ajouté le dirigeant tchétchène.
    RFI

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.