GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    La pédophilie, «comme un culte sacrilège», dénonce le pape

    media François a reçu pour la première fois ce lundi des victimes de prêtres pédophiles et dénoncé la «complicité» d'une partie du clergé. REUTERS/Tony Gentile

    Au Vatican, la commission pontificale pour la protection des mineurs s’est réunie pour la deuxième fois. Les huit membres de cet organisme créé le 22 mars par le pape François se sont réunis pendant trois jours pour mettre sur la table leur plan de travail, afin de mieux lutter contre les cas de pédophilie. Avec pour ambition première de mettre l’Eglise face à ses responsabilités.

    Avec notre correspondant à Rome,  Olivier Bonnel

    Ils sont six : trois hommes, trois femmes, venus d’Irlande, d’Allemagne et de Grande-Bretagne. Tous ont été abusés par des prêtres pédophiles et le pape a tenu à les rencontrer personnellement, chez lui, derrière les hauts murs du Vatican. En consacrant une demi-heure à chacun, plus que pour certains chefs d’Etat, le souverain pontife a clairement voulu montrer sa détermination à lutter contre les abus sexuels. Lors de la messe qu’il a célébrée lundi matin en compagnie des victimes et des membres de la commission pontificale pour la protection des mineurs, François n’a pas mâché ses mots :

    « la douleur des victimes pèse sur la conscience de l’Eglise », « ces actes commis par des prêtres sont comme un culte sacrilège », « il n’y a pas de place dans l’Eglise pour ceux qui commettent les abus sexuels ».

    A la colère s’est ajoutée aussi l’émotion quand le pape a demandé pardon, expliquant ressentir une profonde peine et une souffrance pour des actes si longtemps dissimulés, camouflés avec une complicité inexplicable. François a ainsi pointé la responsabilité des évêques, invités à la tolérance zéro, et qui devront rendre des comptes en cas d'abus commis dans leur diocèse. Forte de huit membres européens, la commission pontificale pour la protection des mineurs devrait, quant à elle, être prochainement élargie à des experts en Asie et en Afrique.

    → A (RE)LIRE : Le pape François rencontre six victimes de prêtres pédophiles

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.