GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 11 Novembre
Lundi 12 Novembre
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    La Russie accusée d’avoir abattu un avion de combat ukrainien

    media Des fragments de l'avion AN-26, près du village de Davido-Nikolsk, dans la région de Lougansk, le 14 juillet 2014. AFP PHOTO/ STEPHANE ORJOLLET

    Le torchon brûle toujours entre la Russie et l’Ukraine. Les autorités ukrainiennes affirment que l’armée russe a abattu un avion de combat de type Sukhoï-25 dans l’est du pays. Kiev condamne cet acte qu’il qualifie de nouvelle provocation de Moscou. La tension reste vive dans l’est du pays.

    Selon le Conseil de sécurité nationale et de défense ukrainien, l’incident s’est produit, mercredi 16 juillet en fin de journée, non loin de la frontière russe. L’avion d’attaque ukrainien, un Sukhoï-25, effectuait une mission au-dessus du territoire ukrainien, lorsqu’il a été abattu. Les autorités de Kiev estiment que c’est un avion militaire des forces aériennes de la Fédération de Russie qui a tiré un missile sur le Sukhoï-25. Le pilote a réussi à s’éjecter à temps.

    C’est la deuxième fois en trois jours que l’Ukraine accuse les forces armées russes de provocation. Lundi, un avion de transport militaire Antonov-26 a été abattu. Quatre des huit membres d'équipage ont été secourus, deux d’entre eux ont été faits prisonniers et deux autres ont péri, selon le Conseil de sécurité nationale et de défense. L’appareil volait à plus de 6 000 mètres d’altitude. Or les insurgés de l’est de l’Ukraine ne disposent pas d’arme capable d’atteindre de telles cibles. C’est pourquoi les autorités de Kiev ont conclu que les tirs provenaient « vraisemblablement » du territoire russe. Parmi les armes qui auraient pu être utilisées, un missile sol-air Pantsir, ou un missile autoguidé X-24 qui aurait pu être tiré par un avion russe.

    Pour l’instant, Moscou n’a réagi à aucune des accusations de Kiev.

    Le Parlement européen appelle à un embargo sur les ventes d'armes à la Russie

    Avec notre envoyé spécial à Strasbourg, Piotr Moszynski

    Dans une résolution adoptée jeudi 17 juillet en séance plénière à Strasbourg, le Parlement européen appelle à un embargo sur les ventes d’armes à la Russie. Le groupe parlementaire des Verts estime que l’embargo devrait concerner notamment la vente par la France des deux navires porte-hélicoptères Mistral à la Russie.

    L’embargo souhaité par le Parlement européen devrait rester en vigueur « jusqu’à ce que la situation dans l’est de l’Ukraine se soit normalisée ». Les députés européens indiquent plusieurs mesures que la Russie doit prendre pour montrer sa réelle détermination « à ne plus envenimer la crise ». Il s’agit notamment d’endiguer « le flux continu » d’hommes armés et d’armes qui passent de Russie en Ukraine, ainsi que d’user de son pouvoir « sur les rebelles et les mercenaires » pour les contraindre à respecter le cessez-le-feu et à se replier sur la Russie.

    Dans ce contexte, le groupe parlementaire des Verts déclare dans un communiqué que la résolution sur l’embargo devrait s’appliquer à la vente à la Russie des deux navires Mistral, en cours d’assemblage dans les chantiers navals de Saint-Nazaire. Les Verts qualifient la vente d’un « irresponsable renforcement des capacités militaires et technologiques russes ». A leur avis, « ces navires pourraient venir renforcer les capacités européennes de maintien de la paix ».

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.