GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 12 Novembre
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Bulgarie: le «mur» anti-migrants est prêt

    media Un policier bulgare devant les barbelés à la frontière entre la Bulgarie et la Turquie, le 17 juillet 2014. REUTERS/Stoyan Nenov

    La clôture de barbelés le long de la frontière entre la Bulgarie et la Turquie se retrouve encore une fois à la Une. Ce « mur de séparation » devrait être officiellement inauguré dans quelques jours, d'après le ministre bulgare de la défense, qui s'est rendu sur place pour inspecter les travaux.

    Avec notre correspondant à Sofia, Damian Vodénitcharov

    L'épopée des barbelés touche à sa fin. La mise en place de cette clôture de 30 kilomètres de long et de 3 mètres de haut avait été proposée en novembre 2013, lorsque l'afflux d'immigrants clandestins, des réfugiés syriens pour la plupart, inquiétait les autorités bulgares. Elles étaient mal préparées à accueillir 10 000 personnes et avaient donc décidé d'ériger le « mur » près de la ville d'Elhovo, à quelques kilomètres de la frontière turque.

    Plus de 1 200 policiers et gardes-frontières avaient alors été dépêchés le long des travaux pour repousser les tentatives de passage. Officiellement, il ne s'agit pas d'empêcher les demandeurs d'asile de se rendre en Bulgarie, mais de les « orienter » vers les postes-frontières. Cependant, depuis la mise en place du dispositif de sécurité, l'afflux d'immigrants s'est quasiment arrêté.

    Pour les autorités, cette politique est un succès, puisque la crise humanitaire a été évitée. Lors de sa visite, le ministre de la défense Anguel Naydenov s'est même vanté de la rapidité des travaux. « Ce projet ne coûtera qu’environ 3,5 millions d'euros aux contribuables bulgares », a-t-il expliqué. Le érigé mur en Grèce, long de 10 km à peine, avait coûté près de 4,5 millions.

    La Bulgarie s'est en tout cas attiré les foudres des ONG. Après Human Rights Watch, c'est maintenant Amnesty International qui critique de vive voix la politique du gouvernement bulgare.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.