GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 21 Juillet
Vendredi 22 Juillet
Samedi 23 Juillet
Dimanche 24 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Crash du vol MH17: interrogations sur le type de missile utilisé

    media Des séparatistes pro-russes sur le site du crash de l'avion de la Malaysia Airlines, près du village de Grabov, dans la région de Donetsk, le 17 juillet 2014. REUTERS/Maxim Zmeyev

    Le Boeing 777 de la Malaysia Airlines a bien été abattu jeudi 17 juillet par un missile. Une question se pose alors : quel type de projectile a été lancé pour toucher l'avion à 10 000 mètres d'altitude ? Cette question, aussi concrète que cruciale, en soulève deux autres, fondamentales : d'où venait-il et par qui a-t-il été tiré ?

    Si les enquêteurs parviennent à pénétrer sur la zone du crash, l'analyse des débris de l'avion permettra très certainement de savoir quel type de missile a été utilisé.

    Pour le moment, tous les regards occidentaux se tournent vers le système de missile Buk. Il tire des missiles à moyenne portée et ne peut pas être mis en oeuvre par quelques militants isolés. Contrairement aux missiles portables, utilisables par un seul homme et dont la portée n'excède pas 8 km, les batteries anti-aériennes BUK constituent un véritable système d'armes articulées autour de plusieurs véhicules : l'un transporte un radar, un autre abrite un centre de contrôle et une troisième un poste de tirs et des rampes de missiles.

    Autrement dit, même si les matériels d'origine russe ont la réputation d'être relativement rustiques, plusieurs spécialistes doivent travailler de concert pour parvenir à abattre leur cible. En clair, il est très difficilement imaginable qu'un jeune militant exalté parvienne à se servir d'un tel système sans l'assistance de conseillers militaires.

    Au sein de l'Otan, ces systèmes Buk redoutés tous les pilotes de chasse sont également connus sous le nom de SA-11 GADFLY. Les premières versions sont apparues au début des années 80, dans les inventaires soviétiques et des pays satellites. Le système Buk- 55 kg, 28 km - peut traquer un aéronef évoluant à des altitudes allant de 15 m à 25 km. Ses missiles pouvaient donc sans problème atteindre un appareil en vol de croisière à 10 000 m au-dessus de l'Ukraine.
    Ces derniers jours, un avion cargo Antonov 26 aux couleurs ukrainiennes avait été abattu par un missile, vraisemblablement tiré depuis les positions pro-russes.

    Le traçage des signaux permettra d'en savoir plus

    Plus généralement, les missiles sol-air sont conçus pour exploser à proximité de leur cible afin de cribler d'impacts l'appareil visé. En pareil cas, des traces très caractéristiques sont retrouvées, voire même les billes d'aciers et les fragments qui constituaient la charge du missile. Une analyse fine de l'angle par lequel l'avion a été atteint peut donner aussi quelques indications sur la position de la batterie qui a ouvert le feu.

    Mais ce sont les traces invisibles qui pourraient bien apporter le plus d'indices. Celles-ci se trouvent certainement sur les enregistrements radars des avions espions et des systèmes d'écoute de l'Otan. Depuis le début de la crise ukrainienne, l'Alliance atlantique observe avec attention ce qui se passe en Crimée et dans l'est de l'Ukraine.

    Or chaque utilisation de radars de guidage, de radios ou de téléphone, par l'un ou l'autre des belligérants, génèrent des signaux électromagnétiques très caractéristiques donc facilement indentifiables par les services de renseignement.

    Autrement dit, en fouillant dans les écoutes de jeudi après-midi, l'Otan doit déjà avoir une idée assez précise de ce qui s'est passé.

    Les confusions de cibles dans l'histoire

    Il arrive, rarement, qu'une méprise, dans un conflit ouvert ou larvé comme c'est le cas en Ukraine, conduise à ce genre de castastrophe.

    ■ Le 1er septembre 1983, un Boeing 747 de la la Corean Airlines, reliant Anchorage à Séoul, passe à proximité des sites de missiles russes de l'ile de Sakhaline. Depuis plusieurs jours, l'armée de l'air soviétique est en alerte à la recherche d'un avion espion américain. Les contrôles aériens militaires confondent les deux avions : un chasseur soviétique abat l'avion coréen. Bilan : 269 morts et disparus.

    ■ Le 3 juillet 1988, en plein guerre des Tankers dans le golfe arabo-persique, le croiseur américain USS Vincennes, ouvre le feu sur un Airbus de la compagnie Iran Air qu'il avait confondu avec un chasseur iranien. Une erreur qui coûtera la vie à 290 passagers et membres d'équipages.

    ■ L'énigme du DC-9 italien, disparu au large de la Sicile le 27 juin 1980. L'appareil aurait été abattu, alors que se déroulaient d'importantes manoeuvrres de l'Otan, et que des MIG libyens avaient été détectés. Certains évoquent même un projet visant à abattre l'avion du colonel Khadafi, une mission secrète qui se serait terminée de manière tragique.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.