GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Crash du vol MH17 en Ukraine: les pressions s'accentuent sur la Russie

    media Des étudiants chinois rendent hommage aux 298 victimes du crash du vol MH17 de la Malaysia Airlines, à l'université de Yangzhou REUTERS/Stringer

    Le Premier ministre des Pays-Bas, Mark Rutte, a estimé samedi après-midi que le président russe Vladimir Poutine doit agir pour faciliter l'accès au site de l'accident. Plus tôt dans la journée, la chancelière allemande Angela Merkel s'est adressée au président russe lors d'une conversation téléphonique le pressant d'user de son influence sur les séparatistes de l'est de l'Ukraine pour qu'ils acceptent un cessez-le-feu. Aucune version officielle n’a encore été établie, mais tous les regards sont tournés vers Moscou. Pour Washington, la Russie est impliquée sinon responsable de la catastrophe.

    Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

    Angela Merkel a à nouveau illustré son rôle de médiatrice auprès du Kremlin. Lors d’un appel téléphonique avec Vladimir Poutine, la chancelière allemande s’est mise d’accord avec le président russe pour qu’une enquête internationale ait lieu pour tirer au clair les responsabilités de l’accident aérien en Ukraine. L’organisation internationale de l’aviation civile doit en être chargée en travaillant avec toutes parties impliquées. Jeudi déjà, cette agence des Nations unies avait proposé son aide. Dans cette perspective, deux experts allemands doivent se rendre sur place ce dimanche.

    Vladimir Poutine et Angela Merkel ont également plaidé pour une prochaine réunion du groupe de contact qui associe l’Ukraine, la Russie et l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). Des séparatistes ukrainiens pro-russes devraient participer à une telle rencontre et négocier un cessez-le-feu.

    Le responsable des questions de politique étrangère chrétien-démocrate au Bundestag a même plaidé pour l’envoi de Casques bleus des Nations unies. Andreas Schockenhoff a estimé que la crise sur place menaçait désormais la paix dans le monde. Le reste de la classe politique a accueilli cette proposition avec réserve. 

    Comment le Kremlin peut-il se tirer d’un si mauvais pas ?

    Avec notre correspondante à Moscou, Veronika Dorman

    Les circonstances du crash ne sont pas encore élucidées, mais la Russie a déjà rejeté la responsabilité sur le pouvoir ukrainien et ses opérations militaires. Moscou a démenti toute implication dans la catastrophe. Sauf que le principe de présomption d’innocence peine à fonctionner cette-fois. Même si Moscou n’a pas fourni aux séparatistes le lance-missile Buk et/ou les spécialistes pour le manier, le soutien tacite de la Russie aux insurgés ces derniers mois l’accuse. Le temps que dure l’enquête, les tensions ne feront qu’augmenter.

    Dans une conversation téléphonique avec la chancelière allemande Angela Merkel, Vladimir Poutine s’est engagé à soutenir une enquête objective et rigoureuse sous la direction de l'Organisation de l'Aviation Civile Internationale. Mais ce gage de bonne intention suffit-il ? Ne serait-il pas plus convaincant de prendre enfin officiellement ses distances avec les séparatistes pro-russes, en passe de devenir des terroristes pour le monde entier.

    Les rebelles ne prennent peut-être pas leurs ordres du Kremlin, et Poutine a déclaré plusieurs fois qu’il n’a pas d’influence sur eux. Mais sûrement le président russe doit pouvoir contrôler les frontières de son État. Les boucler et empêcher le passage d’armes et de mercenaires de la Russie vers l’Ukraine pourrait être un premier pas vers l’extinction du conflit.

    Hollande veut être « sur des certitudes »

    S'exprimant à Ndjamena où il termine ce samedi son périple africain sur le crash de l'avion de ligne de la Malaysia Airlines en Ukraine, le président français François Hollande a dit que « la France a demandé une enquête internationale sans entrave qui puisse impliquer des partenaires incontestables » et permettre « de recueillir tous les éléments de preuves », tout en soulignant « si nous voulons qu'il y ait une suite, il ne faut pas être simplement sur des hypothèses, il faut être sur des certitudes ». 

                                                          ----------------------------------------------

    Le ministre des Transports de Malaisie part pour l'Ukraine

    Avec notre envoyée spéciale à Kuala Lumpur, Carrie Nooten

    En Malaisie, à peine deux jours après la catastrophe qui a frappé le MH17, la situation reprend déjà son cours. Le personnel de bord s’est adressé à la presse, regrettant la disparition d’une vingtaine des leurs en six mois, et réclamant que la vérité soit faite. Les principales autorités seront à Kiev normalement dès demain.

    Alors qu’il doit s’envoler pour Kiev, le ministre des Transports malaisien Liow Tiong Lai n’a toujours pas la garantie d’avoir accès au site de la catastrophe. Il se rend en Ukraine pour accélérer la mise en place d’un couloir humanitaire entre la capitale ukrainienne et la zone du crash. Un corridor pour protéger les équipes envoyées récupérer les restes des corps des victimes du MH17, ainsi que les preuves qui pourront déterminer les circonstances de l’accident. « Le Monde a une obligation morale » de rendre ces restes intacts aux familles, a-t-il déclaré. Le PDG de Malaysia Airlines ainsi qu’une soixantaine de personnes sont déjà sur place.

    Les autorités malaisiennes ont balayé toutes les critiques quant au plan de vol du MH17: pour elles, la route avait été déclarée sûre par les autorités de l'aviation internationales. S'il faut tirer des leçons de ce drame, ce sera vers elles qu'il faudra se tourner. 

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.