GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 24 Septembre
Mercredi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Crash du vol MH17 en Ukraine: réponse des séparatistes aux critiques

    media اجساد قربانیان سقوط هواپیمای مالزی در واگن های سردخانه دار Des contrôleurs de l'OSCE lors d'une inspection des wagons réfrigérés où ont été déposés les corps de victimes du crash du vol MH17 de la Malaysia Airlines, dans la gare de Torez, à une quinzaine de kilomètres du lieu de la catastrophe, le 20 juillet 2014. REUTERS/Maxim Zmeyev

    Quatre jours après le crash du Boeing 777 de la Malaysia Airlines dans l'est de l'Ukraine, la controverse autour du corps des victimes n'en finit pas d'enfler, alors que les autorités séparatistes ont récolté 196 des corps des 298 victimes et les ont transportés, sans coordination avec les observateurs internationaux, dans un train réfrigéré. Face aux critiques, Alexander Borodaï, le « Premier ministre » de la « République populaire » autoproclamée de Donetsk a déploré lors d'une conférence de presse que les experts internationaux ne soient pas encore sur place. 

    Vingt-sept nouveaux corps ont été récupérés dimanche sur le site où s'est écrasé le Boeing 777 de la Malaysia Airlines dans l'est de l'Ukraine, a déclaré à Kiev le vice-Premier ministre ukrainien. Lors d'une conférence de presse dans la capitale ukrainienne, Volodimir Groysman a indiqué que les corps de 192 des 298 victimes avaient été déposés dans des wagons réfrigérés dans la gare de Torez, à une quinzaine de kilomètres du site des recherches.

    L'OSCE a déclaré dimanche que ses observateurs ont été informés que 169 corps enlevés du site du crash de l'avion malaisien avaient été placés à bord d'un train réfrigéré en attendant l'arrivée des experts internationaux. Cette assurance a été donnée aux inspecteurs de l'OSCE à la gare de Torez, a indiqué leur porte-parole Michael Bociurkiw lors d'un point de presse depuis le lieu du crash.

    Le Premier ministre australien Tony Abbott a pour sa part demandé dimanche que les corps des personnes mortes dans l'accident du Boeing de la Malaysia Airlines soient « traités avec respect » et a dit craindre la poursuite de la destruction de preuves. Vingt-huit ressortissants australiens et neuf personnes résidant en Australie ont péri dans la catastrophe. 

    Les responsables occidentaux ont fait part de leur inquiétude quant au déplacement des corps des victimes de la catastrophe.

    Les séparatistes justifient le ramassage des corps

    Avec notre envoyé spécial à Donetsk, Sébastien Gobert

    Evidemment, il fallait le faire. Alexander Borodaï interpelle la salle remplie de journalistes, l'air stupéfait. Ses équipes n'ont pas attendu les missions d'enquêteurs et d'experts internationaux pour récolter les corps et les retirer de la zone d'enquête « à cause de la chaleur et aussi de la zone où il y a beaucoup de chiens et de bêtes sauvages », explique le Premier ministre désigné de la « République autoproclamée de Donetsk », qui précise que cela a été fait « par respect pour les familles ».

    Alexander Borodaï déplore que les experts et enquêteurs internationaux ne soient pas encore sur place, mais il ne veut rien recevoir de Kiev, et affirme que ses experts font tout leur possible. Ils auraient d'ailleurs trouvé des débris qui pourraient être les boîtes noires du Boeing. Mais aucun de ses spécialistes n'est en mesure de les identifier à coup sûr.

    L'incertitude demeure aussi sur le nombre exact de corps entreposés dans le train réfrigéré, leur sort et celui de la centaine de dépouilles qui restent encore sur le site. Mais tout est bien sous contrôle, conclut Alexander Borodaï, avant de se lever et de disparaître dans l'encadrement d'une porte, entouré par deux imposants gardes du corps, pistolet au poing.

                       ------------------------------------------------------------------------------------

    Paris, Berlin et Londres menacent Moscou 

    La France, la Grande-Bretagne et l'Allemagne ont menacé dimanche la Russie de nouvelles « sanctions » si le président Vladimir Poutine n'obtient pas des séparatistes pro-russes un accès« libre et total » au site du crash de l'avion malaisien d'où les
    rebelles ont enlevé les corps. « Si la Russie ne prend pas immédiatement les mesures nécessaires, les conséquences en seront tirées par l'Union européenne à l'occasion du Conseil des Affaires étrangères qui se tiendra mardi », précisent-ils. 

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.