Réécouter
Ecouter Paris, écouter les villes du monde
Ecouter Bobo-Dioulasso avec les enfants
Ecouter les villes du monde
 
GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 25 Mai
Jeudi 26 Mai
Vendredi 27 Mai
Samedi 28 Mai
Aujourd'hui
Lundi 30 Mai
Mardi 31 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    Le Real Madrid remporte sa 11e Ligue des champions en battant l'Atlético Madrid aux tirs au but (1-1 après prolongation)
    Europe

    Moscou affirme qu'un avion ukrainien volait près du Boeing MH17

    media Une partie des débris du vol MH17 de la Malaysia Airlines, à proximité du village de Grabovo, dans la région de Donetsk, le 21 juillet 2014. REUTERS/Maxim Zmeyev

    Accusée de toutes parts, la Russie lance une contre-attaque. Moscou met au défi Kiev et Washington de prouver leurs accusations concernant son implication dans le crash du Boeing MH17, et affirme à son tour que l'armée de l'air ukrainienne volait tout près de l'avion de ligne le jour de la catastrophe. Des allégations immédiatement démenties à Kiev.

    Avec nos envoyés spéciaux à Kiev, Boris Vichith et Anastasia Becchio

    « Des allégations sales et sans fondement » : voilà comment le vice-Premier ministre ukrainien Volodomyr Groysman a accueilli les nouvelles accusations venues de Moscou. « De telles déclarations, qui sont faites quatre jours après la catastrophe, témoignent une nouvelle fois du fait que la partie qui est directement impliquée dans cet acte terroriste fait tout pour tenter de cacher les traces [de son implication] », estime Volodomyr Groysman.

    Le vice-Premier ministre ukrainien réagissait, ce faisant, à la dernière sortie russe concernant le crash du Boeing MH17. Le ministère russe de la Défense a en effet exhibé des documents destinés à démontrer qu’un SU-25 ukrainien se trouvait à une distance de trois à cinq kilomètres du Boeing au moment de la catastrophe. De soi-disant preuves, qu’Andrii Lyssenko, le porte-parole du Conseil national de sécurité ukrainien, balaie d’un revers la main : « Toutes les photos et les documents que la Russie brandira seront bien sûr étudiés. Mais il existe des documents prouvant que le missile qui a abattu l’avion a été lancé par des terroristes qui avaient reçu des armes et des spécialistes venus de Russie. »

    De son côté, le Premier ministre Arseni Iatseniouk a affirmé que les services spéciaux ukrainiens avaient des preuves montrant que les systèmes de missiles Buk incriminés étaient repartis en Russie après le crash.


    ■ Les dirigeants européens haussent le ton vis-à-vis de la Russie

    Alors qu’un Conseil des affaires étrangères se tient à Bruxelles ce 22 juillet, les dirigeants européens menacent la Russie de nouvelles sanctions. Le message d’apaisement de Vladimir Poutine n’a pas calmé tous les esprits. Le président français, la chancelière allemande et le Premier ministre britannique lui ont demandé de concert d’obtenir des séparatistes pro-russes un accès « libre et total » à la zone du crash pour mener à bien l'enquête internationale.

    Une demande assortie d’une menace : « Si la Russie ne prend pas immédiatement les mesures nécessaires, les conséquences en seront tirées par l'Union européenne à l'occasion du Conseil des affaires étrangères ». La chef de la diplomatie italienne dit s'attendre à une réponse ferme et unie des Européens : « L'Italie veut en être », a déclaré celle qui passe pour une pro-Russe aux yeux de ses collègues d'Europe de l'Est. Lors du Conseil, les ministres des Affaires étrangères de l’UE auront donc un agenda chargé, et une lourde responsabilité : décider de nouvelles sanctions contre la Russie.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.